Aller directement au contenu

The Future 50 Foods : Le rapport qui dessine l’agroalimentaire de demain

Le rapport The Future 50 Foods fait suite à la publication du rapport Planète Vivante du WWF, qui souligne l’incidence dévastatrice du système alimentaire mondial. En partenariat avec Knorr, WWF souhaite inciter les acteurs de la chaîne alimentaire à adopter une plus grande variété d’ingrédients à base de plantes. Ces derniers partagent ainsi l’ambition de conduire le changement. En …

The Future 50 Foods : Le rapport qui dessine l’agroalimentaire de demain
Le rapport des 50 aliments du futur présente les 50 aliments que nous devrions manger plus, car nutritifs et ayant moins d’impact sur notre planète que les aliments d’origine animale, pouvant être abordables, accessibles et avoir bon goût.

Le rapport The Future 50 Foods fait suite à la publication du rapport Planète Vivante du WWF, qui souligne l’incidence dévastatrice du système alimentaire mondial.
En partenariat avec Knorr, WWF souhaite inciter les acteurs de la chaîne alimentaire à adopter une plus grande variété d’ingrédients à base de plantes.
Ces derniers partagent ainsi l’ambition de conduire le changement. En partenariat avec le Dr. Adam Drewnowski, Directeur du Centre pour la nutrition en santé publique à l’université de Washington, ils ont donc collaboré à la création du rapport The Future 50 Foods (Les 50 aliments du futur), dans l’objectif d’offrir aux gens plus de choix alimentaires pour favoriser un changement positif.
A cet effet, ces derniers ont identifié 50 aliments que nous devrions manger plus, car nutritifs et ayant moins d’impact sur notre planète que les aliments d’origine animale, pouvant être abordables, accessibles et avoir bon goût.
Seul bémol, les 50 aliments ne sont pas tous facilement accessibles pour le moment. Mais en faisant le choix conscient de consommer davantage de «Future 50 Foods», Knorr et WWF pensent que nous pourrons franchir une étape cruciale vers l’amélioration du système alimentaire mondial.
Échanger des aliments de base comme le maïs et le riz blanc contre du fonio ou de l’épeautre augmente la teneur en éléments nutritifs d’un plat tout en contribuant à une plus grande biodiversité agricole et en rendant notre alimentation plus résiliente. Cela permet également de préserver ces anciennes variantes pour les générations futures.
«Nombre des cultures proposées ont des rendements supérieurs à ceux des cultures sur lesquelles nous comptons actuellement et plusieurs sont tolérantes aux conditions climatiques et environnementales difficiles, ce qui signifie qu’elles pourraient non seulement réduire les superficies nécessaires pour les cultures, mais aussi s’avérer inestimables face à l’incertitude climatique grandissante», explique le rapport.

75% de la diversité génétique des plantes en agriculture perdus en 100 ans

Nous le savons, d’ici 2050, la population mondiale devrait atteindre près de dix milliards de personnes qu’il faudra nourrir sur une planète aux ressources limitées.
«Actuellement, 75% de la nourriture mondiale provient de 12 espèces de plantes et de cinq espèces animales.
Trois seulement (riz, maïs, blé) représentent près de 60% des calories provenant de plantes dans l’ensemble du régime alimentaire humain. Cela exclut de nombreuses sources précieuses de nutrition», indique le rapport. Bien que les gens reçoivent suffisamment de calories, ces régimes étroits ne fournissent pas assez de vitamines et de minéraux.
«La monotonie alimentaire est liée au déclin de la diversité des plantes et des animaux utilisés dans et autour de l’agriculture (agrobiodiversité), menaçant la résilience de notre système alimentaire et limitant l’étendue des aliments que nous pouvons manger» poursuit The Future 50 Foods.
Depuis 1900, 75% de la diversité génétique des plantes en agriculture ont été perdus. Dans la plupart des pays asiatiques, le nombre de types de riz cultivés a rapidement diminué, passant de milliers à une douzaine. En Thaïlande, par exemple, les 16 000 variétés une fois cultivées sont passées à 37 variétés.
Au cours du siècle dernier, les États-Unis ont perdu 80 pour cent de ses variétés de chou, de pois et de tomate. Cette dépendance vis-à-vis d’un nombre limité d’espèces cultivées rend les récoltes vulnérables aux parasites, aux maladies et aux effets du changement climatique.
Le rapport rappelle que l’exploitation intensive d’une gamme restreinte de cultures peut avoir de graves répercussions sur nos écosystèmes naturels fragiles. La monoculture, qui correspond à la récolte répétée d’une seule culture, et à une dépendance excessive des aliments d’origine animale menacent la sécurité alimentaire. La dépendance vis-à-vis de sources de protéines d’origine animale exerce une pression supplémentaire sur notre environnement et les pratiques agricoles actuelles ne sont pas viables à long terme. L’agriculture totale représente environ un quart de toutes les émissions de gaz à effet de serre, dont environ 60% est dû à l’agriculture animale. On le sait, la production de viande, de produits laitiers et d’œufs nécessite davantage d’eau, de terres et de gaz à effet de serre que la production végétale.

De bonnes raisons de redécouvrir certaines des plantes oubliées

La liste des Future 50 Foods, composée de légumes, céréales, céréales, graines, légumineuses et les noix du monde entier, a été développé pour inspirer une plus grande variété dans ce que nous cuisinons et mangeons. Il est prévu de permettre trois changements diététiques importants. Premièrement, une plus grande variété de légumes pour augmenter la consommation de vitamines, de minéraux et d’antioxydants. Deuxièmement, des sources de protéines d’origine végétale pour remplacer la viande, la volaille et le poisson, réduisant ainsi l’impact négatif sur notre environnement. Troisièmement, des sources de glucides plus riches en nutriments pour promouvoir la biodiversité agricole et fournir plus de nutriments.
«La recherche de plantes riches en nutriments nous a conduits vers des céréales anciennes, des variétés de plantes ancestrales et des cultures moins communément cultivées. Il y a de bonnes raisons de redécouvrir certaines des plantes oubliées” explique le Dr Adam Drewnowski.
Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), entre 20 000 et 50 000 espèces de plantes comestibles ont été découvertes, dont seulement 150 à 200 sont régulièrement consommées par l’homme…

Un ensemble de critères durables

Les 50 aliments du futur ont été sélectionnés pour leur valeur nutritionnelle élevée, leur impact environnemental relatif, leur saveur, leur accessibilité, leur acceptabilité. Cet ensemble de critères s’inspire de la définition de l’alimentation durable donnée par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). La plupart des calories consommées proviennent de repas salés. Pour avoir le plus grand impact sur les choix alimentaires mondiaux, les aliments de cette liste peuvent tous être utilisés dans des mets salés.

13 CÉRÉALES  : Pour des raisons à la fois environnementales et sanitaires, il est urgent de faire varier les types de céréales et de céréales cultivées et consommées. L’inclusion d’une variété de sources de glucides conforte l’ambition de permettre le passage à une plus grande variété d’aliments nutritifs.

12 HARICOTS, LÉGUMINEUSES : Des sources de protéines à base de plantes sont incluses pour soutenir le passage à la consommation de plus de plantes et de moins d’animaux. Les haricots et les légumineuses enrichissent également le sol dans lequel elles sont cultivées et favorisent la récupération des terres dans le cadre de la rotation des cultures.

18 LÉGUMES : À de très rares exceptions près, la plupart des habitants du monde entier ne reçoivent pas la quantité recommandée d’au moins 200 grammes (ou trois portions) de légumes par jour. Les légumes sont riches en éléments nutritifs et peuvent être ajoutés facilement et à prix abordable aux repas couramment consommés.

3 CHAMPIGNONS : Les champignons sont inclus en raison de leurs avantages nutritionnels et de leur capacité unique à pousser dans des zones inadaptées aux autres plantes comestibles. Leur texture et leur goût d’umami leur permettent d’être des substituts de viande adéquats.

4 NOIX ET GRAINES : Les noix et les graines sont des sources de protéines et d’acides gras (oméga 3 et 6) à base de plantes qui peuvent permettre d’éviter les régimes à base de viande tout en garantissant une nutrition optimale. Ils peuvent être ajoutés à une grande variété de plats pour un resserrement supplémentaire et un apport en nutriments.

Les 50 aliments du futur de l’agroalimentaire de demain

LES ALGUES
Les algues sont riches en nutriments et essentielles à notre existence sur la planète. Ils sont responsables de la moitié de la production totale d’oxygène sur Terre et de tous les écosystèmes aquatiques. Ils contiennent des acides gras essentiels et constituent une excellente source d’antioxydants. Les algues peuvent être riches en protéines et avoir un goût d’umami semblable à celui de la viande, ce qui en fait un substitut potentiel pour la viande.

HARICOTS ET LÉGUMINEUSES
Les haricots et autres légumineuses appartiennent à la famille des légumineuses. Ils peuvent convertir l’azote de l’air et le «fixer» sous une forme facilement utilisable par les plantes. Plus que des super-héros environnementaux, les haricots nous offrent une riche source de fibres, de protéines et de vitamines B. Ils sont consommés dans de nombreux plats du monde entier et ont une saveur douce et une texture de viande, ce qui en fait un bon choix pour la viande dans les ragoûts, les soupes et les sauces.

CACTUS
Bien que souvent utilisé comme plantes décoratives dans les maisons autour Dans le monde, de nombreuses espèces de cactus sont cultivées pour la consommation. Également appelés plantes succulentes, les cactus stockent de l’eau, ce qui leur permet de se développer dans des climats arides et de tolérer la sécheresse. Ils contiennent également des quantités importantes de vitamines C et E, de caroténoïdes, de fibres et d’acides aminés. Les cactus comestibles font depuis longtemps partie de la cuisine mexicaine et les délicieux segments de jeunes tiges, généralement appelés nopales, sont les plus couramment utilisés dans les recettes.

CÉRÉALES ET GRAINES

Les céréales et les graines sont considérées comme la principale source de nourriture pour la consommation humaine. Ils constituent la principale composante des régimes alimentaires depuis des milliers d’années et ont donc joué un rôle essentiel dans la formation de la civilisation humaine. Pour des raisons environnementales et sanitaires, il est urgent de varier les types de céréales et de céréales cultivées et consommées. La diversification des sources d’hydrates de carbone du riz blanc, du maïs, du blé et d’autres produits de base, en céréales et grains entiers moins communs, apportera une valeur nutritive accrue et contribuera à améliorer la santé du sol. Bon nombre d’entre eux sont facilement disponibles, tandis que d’autres doivent être réintroduits dans le système alimentaire. La demande et l’offre d’une variété de cultures moins communes doivent être soigneusement et durablement augmentées pour contribuer à l’amélioration des régimes alimentaires et de la biodiversité agricole.

FRUITS/ LEGUMES

Les fruits ressemblant à des légumes sont consommés comme des légumes et généralement confondus avec eux. Ils sont plus sucrés et, dans la plupart des cas, contiennent une plus grande quantité de glucides et d’eau que les légumes. Les exemples incluent la courge, les tomates, les aubergines / aubergines, les poivrons et les courgettes / courgettes. Communément cultivés dans les climats chauds, les fruits peuvent être consommés sous diverses formes et ont tendance à être riches en vitamine C et en fibres. Concernant les légumes, il s’agit des  plus polyvalents et les plus nutritifs tous les types de légumes. Ils sont cultivés dans le cadre d’autres légumes, tels que les betteraves et les citrouilles, et comme les feuilles elles-mêmes. Ils contiennent des fibres alimentaires, beaucoup de vitamines et de minéraux, sont peu caloriques et ont été associés à divers avantages pour la santé36. Les légumes verts à feuilles sont généralement à croissance rapide et, consommés cuits ou crus, font partie d’une grande variété de plats dans le monde entier.

CHAMPIGNONS
Il existe plus de 2 000 variétés de champignons comestibles. Cultivés depuis des siècles pour leur goût et leur valeur nutritive, les champignons sont riches en vitamines B et en vitamine D, ainsi qu’en protéines et en fibres. Les champignons peuvent également pousser là où de nombreux autres aliments ne pourraient pas, y compris sur des sous-produits recyclés à partir d’autres cultures. Ils ne sont pas considérés comme des plantes car ils ne font pas de photosynthèse; ils sont classés comme des champignons. Leur texture et leur goût d’umami en font un ajout savoureux et un substitut approprié à la viande.

NOIX

Rien d’étonnant à ce que ces petites puissances figurent en tête des listes de «superaliments», «les meilleurs aliments» et «les aliments que vous devriez manger davantage». Leur teneur en protéines, en vitamine E et en matières grasses, associée à une saveur et une texture souhaitables, reste inégalée. Le crunch en fait un excellent ajout à presque tous les plats. Pourtant, parmi les nombreuses variétés disponibles, seules quelques-unes sont couramment consommées. Utilisées dans les cuisines du monde entier, ces petites plantes embryonnaires peuvent être utilisées seules comme collations ou ajouter de la saveur et un croquant satisfaisant aux salades, soupes et desserts.

LEGUMES RACINES
Les légumes racines sont les parties souterraines croustillantes et colorées de plantes qui sont consommées comme des légumes. Ils ont souvent des feuilles qui poussent au-dessus du sol et qui doivent également être consommées pour optimiser la quantité de nourriture que ces plantes nutritives peuvent fournir. Les légumes-racines contiennent une grande variété de vitamines et de minéraux et sont des cultures résistantes de saison fraîche. Une fois récoltés, ils survivent relativement longtemps par rapport aux autres légumes.

GERMINATION
La germination remonte à 5 000 ans, lorsque les médecins chinois utilisaient des germes en médecine en raison de leur teneur extrêmement élevée en éléments nutritifs. Le processus de germination double, et dans certains cas, triple, la valeur nutritionnelle de la plante. Les graines et les haricots ont besoin de conditions chaudes et humides pour germer. Ils présentent donc un risque de prolifération bactérienne. Ils figurent dans la liste des Future 50 Foods parce que les experts s’accordent à dire que, pour les personnes en bonne santé, la valeur nutritionnelle ajoutée l’emporte sur les risques potentiels qui peuvent en découler. Les pousses sont délicieuses en accompagnement d’une vinaigrette légère ou dans les soupes, les salades et les sandwichs pour donner une belle texture croquante.

LES TUBERCULES
Les tubercules poussent vers le bas, ancrant la plante dans le sol, où ils absorbent et stockent des nutriments précieux pour une utilisation pendant les mois d’hiver ou les mois les plus secs. Généralement riches en glucides, ils constituent une source d’énergie précieuse. Ils peuvent être consommés de nombreuses façons, notamment bouillies, cuites au four ou en pudding sucré. La pomme de terre blanche est le type de tubercule le plus répandu. Cultiver et consommer les types de tubercules les moins courants rend notre système alimentaire plus résistant, tout en apportant davantage de nutriments.

(SOURCES : THE FUTURE 50 FOODS)

 

• A lire également : Tendances alimentaires 2019 : Des changements majeurs dans le mode de consommation des consommateurs

ParLa rédaction
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend