Aller directement au contenu

Palettisation: Les différents facteurs à prendre en compte

Permettant d’accélérer le mouvement des marchandises à chaque étape telle que la réception, le stockage ou la livraison, la palettisation s’est modernisée au fil des années au rythme des productions et des destinations. Avec le boom du e-commerce, la logistique a été bouleversée multipliant le nombre d’entrepôts et remplaçant parfois les palettes traditionnelles par des bacs. En effet, même …

Palettisation: Les différents facteurs à prendre en compte
SSI Schafer propose d’automatiser la palettisation par couche ou de regrouper les opérations de palettisation et dépalettisation en une seule étape pour gagner en production, grâce aux applications robotiques.

Permettant d’accélérer le mouvement des marchandises à chaque étape telle que la réception, le stockage ou la livraison, la palettisation s’est modernisée au fil des années au rythme des productions et des destinations. Avec le boom du e-commerce, la logistique a été bouleversée multipliant le nombre d’entrepôts et remplaçant parfois les palettes traditionnelles par des bacs. En effet, même si il existe encore de nombreuses installations dont les opérations sont régies par des palettes, celles-ci ne détiennent cependant plus le monopole comme unité de charge de référence, bien qu’elles soient toujours les plus répandues dans le secteur industriel, notamment dans l’agroalimentaire.

Malgré tout, la palettisation nécessite différents facteurs à prendre en compte tels les différents systèmes de stockage qui constituent l’entrepôt, les engins de manutention, manuels ou automatiques, le type de produit stocké et les différents fournisseurs de l’entreprise. Par ailleurs, afin d’assurer la stabilité de la marchandise, le choix du type de supports (bac ou palette) est aussi fondamental. Il faut donc prendre en compte le matériau et ses dimensions. Par exemple, la palette est aujourd’hui fabriquée en bois, en plastique ou en métal, avec des dimensions différentes : européenne, américaine, semi-palette…

Automatisation de la logistique

Quel que soit la solution choisie, le chargement et le déchargement des marchandises doit être optimisé. Par ses empilements, la palettisation permet de réduire ainsi le nombre de déplacements. Les marchandises, empilées sur des palettes, se déplacent ainsi facilement à travers l’entrepôt, tout en respectant les étapes assignées à chaque produit, ce qui pemet plus de rapidité dans le flux de marchandises de l’entrepôt.

La palettisation permet également une plus grande sécurité pour les opérateurs et les produits stockés. Les palettes évitent à l’opérateur de déplacer une à une des charges, ce qui offre plus de sécurité à la fois pour la marchandise et pour lui-même. Par ailleurs, la gestion des stocks est facilité avec la palettisation. Le chargement sur palettes permet en effet un contrôle plus strict de chaque référence. Enfin, la palettisation permet l’optimisation de la zone de stockage. Quand on parle de palettes, l’un des concepts clés est l’empilage. Les différents systèmes de stockage, qu’ils soient conventionnels ou automatiques, tirent le meilleur parti de l’espace de stockage.

«Aujourd’hui, la multiplication des unités de charge dans l’entrepôt implique une nouvelle logistique. De plus en plus d’entreprises parient sur l’automatisation de leur logistique. Toute installation automatisée ou semi automatisée nécessite que la palette et le cerclage soient corrects afin que la marchandise ne se renverse pas ou ne gêne le bon développement des opérations», explique Mecalux, expert dans l’installation de solutions logistiques avec sa large variété de systèmes de stockage pour palettes, à la fois conventionnels et automatiques.

Décupler la productivité en supprimant la pénibilité

L’innovation et technologie ont fait leur entrée dans la palettisation proposant des solutions de plus en plus pointues afin de l’optimiser et la sécuriser. Par exemple, la palettisation ou la dépalettisation impliquent des gestes répétitifs constituant un facteur aggravant de TMS. C’est le cas dans le milieu de l’agroalimentaire où les opérations de manutention de bacs sont fréquentes et répétitives. Sollicitant souvent l’opérateur, elles l’exposent à des risques de troubles musculosquelettiques (TMS).

«Pour décupler la productivité et en supprimant la pénibilité sur le poste de travail, les outils de préhension sont conçus spécifiquement pour le type de bacs que vous utilisez et permettent de réaliser une palettisation ou une dépalettisation rapide et précise» conseille Manut-LM. Pour la palettisation de cartons, l’expert en palettisation conseille un système de levage qui permet de déplacer un ou plusieurs cartons à la fois, sans effort et de façon ergonomique pour maximiser la productivité des opérateurs. Les actions de palettisation ou de dépalettisation de cartons sont ainsi optimisées. De plus, en optant pour un bras déporté articulé, il devient possible d’empiler vos cartons en hauteur.

Les professionnels en solutions de palettisations proposent désormais de dépalettiser les charges à une cadence importante tout en supprimant la pénibilité de l’opération. Pour la palettisation de sacs et le déversage, il s’agit de les déplacer de façon ergonomique et sans effort. Il existe à cet effet des ventouses adaptées. Un engin de levage permet de lever, basculer pour le déversage et faire une rotation au sac sans aucun effort. Ces solutions de manutention s’adaptent à votre environnement permettant de les utiliser même dans le secteur de l’agroalimentaire.

Le recours aux applications cobotiques et robotiques

La palettisation n’est donc plus ce qu’elle était et offre aujourd’hui des solutions à la pointe de la technologie avec des systèmes entièrement automatisés qui assurent un espace de travail sécuritaire, des processus de qualité standardisée et un niveau de performance constant, quel que soit le niveau d’activité.

Pour répondre aux besoins ergonomiques des opérateurs et sécuriser les processus de manutention, SSI Schafer propose par exemple d’automatiser la palettisation par couche ou de regrouper les opérations de palettisation et dépalettisation en une seule étape pour gagner en production, grâce aux applications robotiques. En intralogistique, pour le prélèvement par articles ou pour les cartons et bacs, le professionnel a de plus en plus recours à des applications robotiques, comme les bras robotiques articulés ou les robots portiques. «Nous intégrons des solutions de dépalettisation par couche ou par produit et la palettisation de bacs, cartons ou racks de boisson, dans des systèmes globaux automatisés» explique l’expert qui utilise des caméras haute définition afin que les produits soient reconnus parfaitement. Grâce à ce contrôle optique innovant, l’ajout de système d’identification supplémentaire, par code barre ou transpondeur, ne sont plus nécessaires.

La division Industrie de SPIE Industrie et Tertiaire, filiale de SPIE France, a réalisé pour l’un de ses clients du secteur de l’agro-alimentaire un test en conditions réelles sur les performances d’un robot coopératif (cobot) palettiseur. Objectif : fournir une solution parfaitement adaptée à un environnement industriel contraint et dotée de capacités de portage importantes. Sa solution intégrant un cobot Fanuc CR35 est conçue pour la sécurité des salariés travaillant au sein d’environnements contraints, un enjeu majeur pour l’industrie agro-alimentaire. Créé sur-mesure pour répondre à la demande d’un client de SPIE, ce nouveau palettiseur s’adapte à son espace. En mode coopératif, le cobot travaille avec une cadence élevée, en traitant 8,5 cartons à la minute. Lorsqu’un collaborateur entre dans la zone de sécurité, le cobot passe en mode collaboratif réduisant ainsi sa cadence à 3 cartons à la minute. Les opérateurs peuvent ainsi travailler en interaction avec celui-ci. «Notre solution intégrant le cobot Fanuc CR35 sera l’une des premières de ce type utilisées dans le secteur de l’agroalimentaire», observe Yann Le Guen, chef de département au sein du service Ingénierie et Services Mécaniques de la division Industrie de SPIE Industrie & Tertiaire, «la capacité du cobot et le changement de mode collaboratif/coopératif permet à l’industriel de se dispenser de dispositifs de sécurité beaucoup plus lourds (protection grillagée) et par conséquent de limiter l’emprise au sol».

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend