Aller directement au contenu

Emballage : La féculerie de Haussimont engagée pour une performance durable

La campagne pomme de terre féculière qui a débuté le 9 septembre dernier sur le site de Haussimont dans la Marne atteint désormais sa cadence maximale grâce à un plan d’investissement qui semble porter ses fruits. Principalement destinée au marché alimentaire européen, la fécule produite répondra aussi aux besoins du marché de l’emballage carton, en remplacement des sacs plastique. …

Emballage : La féculerie de Haussimont engagée pour une performance durable
Principalement destinée au marché alimentaire européen, la fécule produite répondra aussi aux besoins du marché de l’emballage carton, en remplacement des sacs plastique.

La campagne pomme de terre féculière qui a débuté le 9 septembre dernier sur le site de Haussimont dans la Marne atteint désormais sa cadence maximale grâce à un plan d’investissement qui semble porter ses fruits. Principalement destinée au marché alimentaire européen, la fécule produite répondra aussi aux besoins du marché de l’emballage carton, en remplacement des sacs plastique.
Cette culture, bien ancrée en Champagne, Seine et Marne et Picardie consolide la triple expertise de la coopérative qui transforme des betteraves, de la luzerne et de la pomme de terre fécule. Elle annonce, par ailleurs, un nouveau plan de développement des surfaces.
Un rendement de 40 tonnes à l’hectare, meilleur que l’année dernière, mais en-dessous de la moyenne 5 ans à cause de la sécheresse ; Un accompagnement renforcé des associés-coopérateurs pour sécuriser le rendement et optimiser les coûts de production ; Un plan d’investissement de 30 Millions d’euros qui a porté ses fruits, se traduisant par une cadence usine en progression de 3% par an et un gain énergétique de 5% ; Des débouchés porteurs avec le développement de l’emballage carton et un rendement annuel impacté par la sécheresse.
La sécheresse de l’été n’a pas été sans conséquence sur les rendements de la pomme de terre féculière dont la prévision reste en retrait par rapport à la moyenne 5 ans. La production de fécule accuse également ce même retrait pour atteindre sur la campagne 370 000 tonnes.
Pour compenser cette baisse et respecter les engagements de ses associés coopérateurs (500 000 tonnes), Tereos travaille sur la recherche de nouvelles variétés combinant potentiel de rendement et résistance aux maladies et aux chocs. L’année s’est également caractérisée par une faible pression en mildiou. Couplée à une utilisation de l’Outil d’Aide à la Décision Mileos, le nombre d’interventions a été raisonné et en baisse significative de 45%.
Pour aider ses associés coopérateurs à optimiser leur charge d’exploitation et mettre en place une démarche d’amélioration continue à l’échelle de leur exploitation, Tereos a lancé sur cette campagne une étude sur la structure des coûts de production.

L’innovation variétale va de pair avec la conservation

Les variétés résistantes aux maladies et tolérantes à la sécheresse sont aujourd’hui deux points clés de la recherche agronomique pour sécuriser le rendement. De nouvelles variétés prometteuses sont en cours de développement et le service agricole mène des expérimentations pour trouver des solutions en vue de l’arrêt de l’antigerminatif CIPC. L’hydrazide maléique est l’une des alternatives testées sur cette campagne sur les deux plateformes d’essais à Nampcel (Aisne) et Gougançon (Champagne) sur lesquelles sont testées les nouvelles variétés avec leur conduite culturale.
L’innovation variétale va de pair avec la conservation. Chaque nouvelle variété de pomme de terre féculière est caractérisée pour sa résistance aux chocs à l’arrachage et son aptitude à la conservation.
Tereos prévoit d’organiser 4 points en « bout de champ » pour conseiller ses associés coopérateurs sur le thème de l’arrachage et le déterrage en bord de champ. La commission pomme de terre a proposé d’augmenter les capacités de stockage existantes afin d’accompagner l’allongement des campagnes. Tereos conseille les porteurs de projets en menant des études de faisabilité de projet.

Un plan d’investissement qui porte ses fruits

Depuis 2014, la volonté du groupe Tereos de pérenniser l’activité de Haussimont l’a amené à initier deux plans successifs d’augmentation des surfaces pour porter la production de l’usine de 270 000 à 500 000 tonnes de pommes de terre. Ce développement des surfaces a entraîné plusieurs grands projets dont la construction d’un nouvel atelier d’évaporation et la modernisation des lignes de conditionnement pour accélérer l’activité de ce site historique. L’enveloppe investie, d’un montant de 30 millions d’euros porte déjà ses fruits, hissant désormais Haussimont au niveau des meilleurs standards européens.
Et pour preuve, la capacité de production a augmenté de 10% depuis 2014 et la consommation énergétique a diminué de 20%.
Pour profiter de la performance industrielle et des marchés porteurs, Tereos annonce le lancement en 2020 d’un nouveau plan d’augmentation des surfaces qui s’adresse aux coopérateurs et non coopérateurs. L’occasion pour la coopérative de revenir sur l’intérêt agronomique et économique de cette culture pleine d’atouts.

Un marché européen porteur et de nouveaux débouchés

Alimentaires et non-alimentaires, deux débouchés pour la fécule sont au rendez-vous. Principalement destinée au marché alimentaire européen, la fécule de pomme de terre s’exporte aussi vers des pays plus lointains comme l’Amérique et l’Asie.
Grâce à ses propriétés texturantes et épaississantes, elle entre dans la composition de nombreux produits du quotidien, notamment dans certaines sauces, plats préparés et autres nouilles chinoises.
La fécule intéresse de plus en plus une clientèle industrielle dans le secteur du carton et de la chimie du végétal. Le remplacement des sacs plastiques d’emballage alimentaire par des sacs en carton et le développement du e-commerce ouvrent nouveaux débouchés à cette biomasse agricole. Près de 20% des volumes sont absorbés par ce marché technique. Autre orientation : la protéine végétale. L’usine d’Haussimont extrait également de ces tubercules des protéines entièrement destinées au marché de l’alimentation animale.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend