Aller directement au contenu

Un guide de survie pour les professionnels du food !

Non, ce n’est pas une blague ! Pourquoi un « Guide de survie pour les professionnels du food » ? Pour faire face à un défi : comment nourrir 9 milliards de personnes à l’horizon 2050 ? Dans ce contexte, Food is social, Think Tank du food et du digital, et Shake Up Factory, accélérateur de start-up Food tentent d’apporter des …

Un guide de survie pour les professionnels du food !
Le guide se scinde en trois grandes parties : la food évolution, la food innovation et la food révolution.

Non, ce n’est pas une blague ! Pourquoi un « Guide de survie pour les professionnels du food » ? Pour faire face à un défi : comment nourrir 9 milliards de personnes à l’horizon 2050 ?
Dans ce contexte, Food is social, Think Tank du food et du digital, et Shake Up Factory, accélérateur de start-up Food tentent d’apporter des réponses aux enjeux qui attendent les acteurs traditionnels de l’agroalimentaire, qu’ils soient industriels, distributeurs, restaurateurs ou prestataires de services, face à la transformation digitale qui est en train de s’opérer.
Avec leur guide de survie, les deux experts de la Foodtech tentent de donner les clés aux professionnels du secteur. Le guide se scinde en trois grandes parties : la food évolution, la food innovation et la food révolution.

L’agroalimentaire entame un vrai tournant

« Oui, c’est vrai, l’agroalimentaire entame un vrai tournant, surtout parce que les consommateurs de 2020 sont nés et ont déjà et auront demain des attentes et comportements radicalement nouveaux », expliquent Pascale Azria, co-fondatrice de Food is Social et Kevin Camphuis, co-fondateur de ShakeUpFactory.
Pour ces derniers, il ne s’agit pas de tourner le dos à 30 ans qui ont été « riches en inventions simplificatrices (micro-ondes, surgelès, plats cuisinées…) » mais de regarder l’horizon et de scruter, au prisme de la foodtech en cours d’émergence, quelles seront les solutions que privilégieront les utilisateurs de demain, pour mieux s’y préparer. L’objectif est donc d’«anticiper les actions à mettre en place pour accélerer la nécessaire mutation des organisations et des process, qui passent par des modèles d’expérimentation et de collaboration ».
Transformation qui a déjà démarré outre-Atlantique, «laissant la France avec un retard qu’il est nécessaire de rattraper, tant l’agro-alimentaire est au cœur de notre économie et de sa vitalité». Une chose est donc certaine, la filière agroalimentaire doit se réinventer.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend