Aller directement au contenu

Le Secimep explique le dispositif de suramortissement de l’investissement

Annoncée par le Premier ministre le 8 avril et votée au Sénat le 16 avril, cette mesure va permettre de soutenir l’investissement productif de toutes les entreprises pour accélérer la modernisation de leur outil de production et leur permettre d’être plus compétitives.

Le Secimep explique le dispositif de suramortissement de l’investissement
Une année 2016 de tous les records pour les secteurs du conditionnement, du process et des équipements.

Le Secimep, syndicat des entreprises de commerce international de matériels d’emballage, process, marquage, et contrôle vous explique cette loi sur le suramortissement et son impact pour les industriels de l’agroalimentaire.

Tout d’abord, pour être éligible au dispositif de suramortissement de 40% de la valeur d’origine du bien, hors frais financiers, le matériel doit être neuf et, acheté, loué ou en crédit-bail. Ensuite, il doit pouvoir être amorti dégressivement par l’acquéreur ou le locataire et être visé par la loi. Le dispositif de suramortissement de l’investissement n’est applicable que pour un an, du 15 avril 2015 au 14 avril 2016 inclus.

Matériels et outillages industriels éligibles

De manière très générale, sont éligibles, les matériels et outillages utilisés pour des opérations industrielles de fabrication, de production (agricole), de transformation, de manutention, de conditionnement, d’empaquetage, d’emballage de liquides et de solides, de marquage, de codage, de traçabilité et de contrôle, d’épuration des eaux, d’assainissement de l’atmosphère, de recherche scientifique ou technique ainsi que les installations productrices de vapeur, de chaleur ou d’énergie. Toutefois, sont expressément exclus du dispositif, les matériel mobiles ou roulants affectés à des opérations de transport, les installations de production d’énergie électrique dont la production bénéficie de tarifs réglementés d’achat, et les matériels considérés comme des immeubles (ex : serres horticoles non amovibles)

Une application de la loi au prorata temporis

Cette déduction démarre le premier jour du mois de l’acquisition ou de la construction du bien et est répartie chaque année, à parts égales sur la durée d’amortissement du matériel. Un bien vendu dans la période du dispositif mais livré après l’échéance, sera éligible dès lors qu’il est fabriqué et nettement individualisé au moment de la commande (ex : numéro de série sur le bon de commande).

En cas de cession du bien ou du contrat de location, ou de sa cessation, avant le terme de la période d’amortissement, le suramortissement ne s’appliquera qu’à la période écoulée, prorata temporis, sans que la période restante puisse bénéficier au second acquéreur ou locataire.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend