Aller directement au contenu

Légumes secs : La coopérative Cavac investit 4,2 millions d’euros dans sa station

Les protéines végétales avec les légumineuses, et l’origine française ont la cote auprès du consommateur. La coopérative Cavac profite de cette dynamique avec une collecte et des ventes en nette croissance. Avec des ventes qui ont triplé en 5 ans, cette activité connait une belle évolution, grâce à un argument de poids par rapport à ses concurrents : l’origine …

Légumes secs : La coopérative Cavac investit 4,2 millions d’euros dans sa station
Cet investissement va permettre à la coopérative de développer davantage sa production qui atteint 6500 tonnes aujourd’hui, dans un contexte de marché porteur.

Les protéines végétales avec les légumineuses, et l’origine française ont la cote auprès du consommateur. La coopérative Cavac profite de cette dynamique avec une collecte et des ventes en nette croissance. Avec des ventes qui ont triplé en 5 ans, cette activité connait une belle évolution, grâce à un argument de poids par rapport à ses concurrents : l’origine française. Un autre segment prend aussi de plus en plus d’ampleur : le développement de l’agriculture biologique.
Pour accompagner son fort développement sur l’activité des légumes secs, la coopérative Cavac a donc inauguré un nouveau bâtiment de stockage à Mouilleron-Le-Captif (85). Un investissement qui s’élève à 4,2 millions d’euros. Un investissement qui va permettre à la coopérative de développer davantage sa production qui atteint 6500 tonnes aujourd’hui, dans un contexte de marché porteur.

18 cellules d’une capacité de 100 à 400 tonnes

Du haut de ses 30 mètres, le nouveau bâtiment de stockage de légumes secs est équipé de 18 cellules d’une capacité de 100 à 400 tonnes. La station de Mouilleron-Le-Captif gagne ainsi 4 500 tonnes de stockage supplémentaires destinées exclusivement à l’alimentation humaine.
C’est une évolution importante pour la coopérative qui stockait jusqu’à présent les « produits bruts » des exploitations agricoles avant leur triage uniquement dans des bacs. La coopérative a par ailleurs investi dans un pré- nettoyeur qui élimine les impuretés, ce qui permet de gagner 10 % de volume de stockage.
Ce silo abritera principalement des haricots blancs (40 %) et des lentilles (40 %). La zone dédiée aux produits finis a elle aussi été optimisée. Là encore, on gagne du stockage. Un nouveau bâtiment a été conçu avec un système de stockage en rack qui pourra accueillir 500 palettes de produits finis. Cette place supplémentaire apporte une bouffée d’oxygène à la station dont le nombre de références produits augmente. Un quai de chargement a également été aménagé pour faciliter les expéditions.

Une activité en pleine croissance

Aujourd’hui, la coopérative produit 6 500 tonnes de légumes secs, et ambitionne de monter jusqu’à 10 000 tonnes d’ici deux à trois ans. Son objectif : devenir le leader français de la production de légumes secs. Ces investissements s’inscrivent dans un contexte de marché dynamique. Les légumineuses ont actuellement le vent en poupe car elles sont en parfaite adéquation avec les attentes des consommateurs désireux de « manger sain, varié et français ». Il faut savoir que leur consommation n’avait cessé de reculer au cours du XXe siècle et se stabiliserait aujourd’hui autour de 1,42 kg.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend