Aller directement au contenu

Maïsadour Semences devient Mas Seeds et ambitionne de tripler son chiffre d’affaires

Avec 85% de son chiffre d’affaires réalisés à l’étranger et 15% investis dans la recherche et l’innovation, ce nouveau nom entend soutenir les fortes ambitions de l’entreprise qui escompte tripler son chiffre d’affaires à l’horizon 2026 pour devenir un acteur majeur parmi les semenciers mondiaux. Forte d’une capacité de production de 25 000 ha représentant chaque année quelque 2.5 …

Maïsadour Semences devient Mas Seeds et ambitionne de tripler son chiffre d’affaires
Présent dans 40 pays, s’appuyant sur 12 filiales à l’étranger où travaillent plus de 50% de ses effectifs, la marque Mas Seeds s’inscrit dans un marché extrêmement mondialisé.

Avec 85% de son chiffre d’affaires réalisés à l’étranger et 15% investis dans la recherche et l’innovation, ce nouveau nom entend soutenir les fortes ambitions de l’entreprise qui escompte tripler son chiffre d’affaires à l’horizon 2026 pour devenir un acteur majeur parmi les semenciers mondiaux.
Forte d’une capacité de production de 25 000 ha représentant chaque année quelque 2.5 millions de sacs de semences et d’un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros, Mas Seeds, filiale du groupe coopératif Maïsadour, est un spécialiste des hybrides Grandes Cultures et l’un des premiers producteurs de semences hybrides de maïs et tournesol en Europe. Les deux tiers de sa production sont réalisés dans le sud-ouest.

Se renforcer à l’international grâce au terroir sud-ouest

Présent dans 40 pays, s’appuyant sur 12 filiales à l’étranger où travaillent plus de 50% de ses effectifs, la marque Mas Seeds s’inscrit dans un marché extrêmement mondialisé. Son origine sud-ouest est un atout majeur car c’est la 1ère région européenne productrice et exportatrice de semences hybrides.
Avec 15 000 ha, 250 agriculteurs multiplicateurs, deux usines de fabrication et près de 300 salariés dans le Sud-Ouest, Mas Seeds s’enorgueillit ainsi d’être un acteur majeur dans son territoire d’origine, sur lequel l’entreprise continue de se développer.
« Nous allons poursuivre nos investissements en R&D, en ouvrant dans les Landes, dès 2018, trois nouveaux sites d’expérimentation. Nous prévoyons aussi d’investir près de 3 millions d’€ dans l’usine de Haut-Mauco et ainsi renforcer notre capacité de production » explique Régis Fournier, Directeur général de Mas Seeds.

Une nouvelle station de recherche en Ukraine

Pour renforcer sa présence sur les marchés de l’Europe de l’Est, Mas Seeds s’y est implanté il y a 10 ans, pour y installer zones de production, centres de recherche et usine de fabrication et de conditionnement de semences. 2018 verra la poursuite de cette stratégie avec l’inauguration le 1er juin prochain d’une nouvelle station de recherche et d’un nouveau siège pour sa filiale locale à Borispol, près de Kiev (Ukraine).

De fortes ambitions pour 2026

Porté par une marque internationale et par une stratégie offensive, Mas Seeds affiche ses ambitions d’ici à 2026 : Développer ses ventes à l’international via sa présence en Europe mais aussi sur de 
nouveaux marchés (l’Afrique notamment) ; accroître ses volumes de production en Europe en passant de 2,5 millions de sacs de 
semences produits à 3,2 millions en 2022 pour atteindre 4 millions en 2026 ; augmenter ses investissements en R&D pour accélérer le progrès génétique et favoriser une agriculture durable.
« Cette stratégie d’investissements doit nous permettre de développer notre R&D dans le but de créer des variétés capables de s’adapter toujours mieux aux différentes situations agro-climatiques ainsi qu’aux besoins des agriculteurs », 
précise Régis Fournier.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend