Aller directement au contenu

Matines poursuit sa transformation pour s’adapter à l’évolution du marché de l’œuf en France

Engagée dans la transition vers l’œuf alternatif et mobilisée en faveur de la pérennisation de la filière de l’œuf français, la direction de Matines a présenté un projet d’adaptation de son organisation industrielle de conditionnement d’œufs coquille et de ses fonctions administratives et commerciales. Ce projet s’accompagne d’un d’investissement de 3,4 millions d’euros visant à moderniser le centre de conditionnement …

Matines poursuit sa transformation pour s’adapter à l’évolution du marché de l’œuf en France
Le centre de Naizin sera renforcé grâce à un investissement de 3,4 millions d’euros. Visant à moderniser l’outil de production, cet investissement permettrait à Matines d’adapter ses capacités de production au niveau des standards du marché et ainsi de rétablir sa compétitivité.

Engagée dans la transition vers l’œuf alternatif et mobilisée en faveur de la pérennisation de la filière de l’œuf français, la direction de Matines a présenté un projet d’adaptation de son organisation industrielle de conditionnement d’œufs coquille et de ses fonctions administratives et commerciales. Ce projet s’accompagne d’un d’investissement de 3,4 millions d’euros visant à moderniser le centre de conditionnement de Naizin (Morbihan). 

Reconquête des rayons par l’œuf alternatif et l’élevage local 

Malgré des efforts significatifs entrepris ces dernières années, la société Matines fait face à des difficultés économiques persistantes. En 2019, elle a de nouveau enregistré des pertes économiques importantes. Ces difficultés s’inscrivent dans un contexte de mutation profonde du marché de l’œuf en France, notamment le recul continu des ventes en GMS d’œufs standards (issus de poules élevées en cages), en baisse de 12,9% sur la seule année 2019 au profit des œufs alternatifs (issus de poules élevées au sol, en plein air ou en Bio), qui devraient représenter 71 %du rayon Œufs en 2022 (Source Nielsen) ; l’issue des négociations tarifaires annuelles, qui n’ont pas permis à Matines, dans un marché où l’offre est abondante, de trouver un équilibre rentable entre l’évolution de la demande et territoires. 

La nécessaire adaptation de son offre

Face à ce contexte, Matines réaffirme son engagement de long terme au service de la transition vers l’œuf alternatif et entend reconquérir le marché en poursuivant sa transformation, indispensable à la préservation de son activité et de celle de près de 300 éleveurs de la filière de l’œuf français. 

Dans ce cadre, l’ambition de Matines repose sur un développement accéléré de son offre d’œufs alternatifs prenant appui non seulement sur la marque Matines mais également sur le déploiement de la marque Mas d’Auge et de ses marques régionales, s’inscrivant ainsi pleinement dans les attentes des consommateurs, tant en matière de modes d’élevage que d’origine géographique. 

Renouer avec la compétitivité 

Le centre de Naizin (Morbihan – 38 salariés) serait renforcé grâce à un investissement de 3,4 millions d’euros. Visant à moderniser l’outil de production, cet investissement permettrait à Matines d’adapter ses capacités de production au niveau des standards du marché et ainsi de rétablir sa compétitivité. 

La concrétisation de cette ambition pour la filière de l’œuf français nécessite de poursuivre les efforts d’adaptation de l’organisation de Matines et impliquerait un redéploiement de son activité. Le centre de Tremorel (Côtes-d’Armor – 63 salariés) serait recentré sur une activité de lavage et une activité de stockage, actuellement sous-traitée. Ces deux activités représentent 12 postes au total. Le centre de Montoldre (Allier – 7 salariés) arrêterait son activité de conditionnement d’œufs.  Les fonctions administratives et commerciales de Matines seraient rassemblées sur les sites du groupe Avril à Bruz (Ille-et-Vilaine) et Saint-Gerand (Morbihan), renforçant ainsi les synergies avec les autres métiers des filières animales d’Avril. Si ce projet est indispensable pour répondre aux standards du marché et rétablir la compétitivité de Matines, la direction entend en limiter l’impact social. Elle s’engagerait ainsi à réduire les pertes nettes d’emploi en proposant des postes de reclassement au sein du groupe Avril. En accompagnant chacun des salariés concernés, elle donnerait la priorité à la reconversion ou au reclassement et à la mobilité au sein du Groupe. Ce projet impliquerait 41 suppressions de poste et 28 modifications de contrats de travail de postes administratifs et commerciaux, et s’accompagnerait de mesures personnalisées d’aide à la mobilité. 

Matines a annoncé en octobre 2018 que d’ici 2025, l’intégralité des œufs qu’elle commercialise serait issue d’élevages alternatifs, à savoir de poules élevées au sol (code 2), en plein air (code 1) ou selon le mode de production biologique (code 0). Un engagement étendu en juin 2019 à l’ensemble des œufs produits, commercialisés ou utilisés par le groupe Avril. 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend