Aller directement au contenu

TVA à 7% : l’addition est salée pour la restauration…

François Fillon a annoncé ce midi que la TVA allait bel et bien être augmentée. Finalement, le taux en vigueur de 5,5% n’aura pas tenu longtemps… C’est vers un taux intermédiaire que la hausse s’est portée, à 7%.

François Fillon a annoncé ce midi que la TVA allait bel et bien être augmentée. Finalement, le taux en vigueur de 5,5% n’aura pas tenu longtemps… C’est vers un taux intermédiaire que la hausse s’est portée, à 7%. Le premier ministre a annoncé que cette hausse de TVA s’appliquera « sur tous les produits et les services à l’exception des produits de première nécessité, notamment l’alimentation ».

 

Forcément, les restaurateurs montent au créneau. Suite à l’annonce de cette hausse de TVA, ils ont estimé que les accords signés en 2009 étaient « caduques ». Autrement dit, ils ont annoncé dans un communiqué qu’ils « se réservent la possibilité de ne pas mettre en œuvre tous les engagements prévus ».

La première mesure visée est la prime TVA, qui est directement liée à la TVA à 5,5%. Les restaurateurs ne devraient donc pas l’appliquer ; de la même façon, les hausses de salaires sont plus que menacées. Une hausse des prix dans la restauration reste également à craindre.Seule la mutuelle de santé mise en place échappe au courroux des restaurateurs.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a néanmoins tenté d’apaiser la profession en déclarant : « Si nous sommes dans une augmentation de 1, 2, maximum 3 points, on est dans quelque chose qui reste, me semble-t-il, à peu près gérable ».

 

Pourquoi ce choix de 7% ? Car « c’est un taux intermédiaire qui sera désormais aligné sur le taux allemand de TVA à taux réduit. Nous sommes donc dans la perspective de la convergence », a expliqué François Fillon.

 

Reste que cette hausse de TVA rompt la promesse que Nicolas Sarkozy avait faite aux restaurateurs…

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend