Aller directement au contenu

Petfood : Les nouvelles tendances au cœur d’un marché dynamique mais complexe

Selon une enquête Kantar/FACCO 2018, le nombre d’animaux de compagnie est en augmentation en France. La dernière enquête de la FACCO révèle en effet que 50,1% des foyers français ont un animal de compagnie. En 2018, on comptait en France 14,2 millions de chats (en augmentation) et 7,4 millions de chiens. Avec des chiffres qui promettent d’augmenter puisque 3% …

Petfood : Les nouvelles tendances au cœur d’un marché dynamique mais complexe
Les propriétaires d’animaux sont préoccupés par la transparence de la fabrication et des étiquettes.

Selon une enquête Kantar/FACCO 2018, le nombre d’animaux de compagnie est en augmentation en France. La dernière enquête de la FACCO révèle en effet que 50,1% des foyers français ont un animal de compagnie. En 2018, on comptait en France 14,2 millions de chats (en augmentation) et 7,4 millions de chiens.
Avec des chiffres qui promettent d’augmenter puisque 3% des répondants avaient l’intention d’acquérir un chat ou un chien d’ici l’année suivante.
Selon un rapport de recherche de Global Market Insights, le marché des aliments pour chiens devrait à lui seul passer de plus de 55,5 milliards de dollars à plus de 75 milliards de dollars d’ici 2025. Le marché du petfood est donc prometteur mais aussi très complexe actuellement.

Aux Etats-Unis, une enquête ouverte sur les aliments «sans céréales»

En effet, l’année dernière, la Fédération américaine responsable de la protection de la santé publique, la sécurité, l’efficacité et la sécurité des médicaments à usage humain et vétérinaire (FDA), a annoncé qu’elle avait commencé à enquêter sur des cas de cardiomyopathie dilatée (DCM) chez des chiens mangeant certains aliments pour animaux de compagnie, dont beaucoup étiquetés «sans céréales».
Certains contenaient une forte proportion de pois, de lentilles, d’autres graines de légumineuses (légumineuses) et / ou des pommes de terre sous diverses formes (entière, farine, protéines, etc.) en tant qu’ingrédients principaux (énumérés dans les 10 premiers ingrédients de la liste des ingrédients, avant les vitamines et les minéraux).
Un grand nombre de ces rapports de cas incluaient des races de chiens dont la prédisposition génétique à la maladie n’était pas connue auparavant. C’est le troisième rapport public de la FDA sur l’état de cette enquête. Si on ne sait pas encore à quel point les chiens développent couramment le DCM, l’augmentation du nombre de cas signalés à la FDA indique une augmentation potentielle des cas de DCM chez les chiens non prédisposés génétiquement.
La FDA recueille toujours des informations pour mieux comprendre si (et comment) le métabolisme de la taurine (absorption et excrétion) pourrait jouer un rôle dans ces cas de cardiomyopathie dilatée canine.

Un équilibre nutritionnel difficile à garantir dans les formules contenant des ingrédients non conventionnels

Ces données laissent suggérer aux fabricants d’aliments pour animaux de compagnie d’examiner de plus près leurs formulations.
En effet, l’analyse de la FDA a révélé qu’environ 90% des produits étaient étiquetés «sans grain». Les pois, les lentilles, les pommes de terre et d’autres sources de protéines et d’hydrates de carbone autres que de la viande sont la norme dans la plupart des formules sans céréales. Les légumineuses et les pommes de terre ont des qualités bénéfiques démontrées et il n’existe actuellement aucune preuve solide permettant de penser qu’elles sont à l’origine du DCM.
Cependant, le Dr Greg Aldrich qui a présenté ces résultats à la 12ème conférence annuelle sur les aliments pour animaux de compagnie, prévient que dans l’industrie des aliments pour animaux de compagnie, ces ingrédients ne devraient pas être trop abondants dans les formulations, pouvant altérer l’équilibre nutritionnel de l’aliment et affecter l’absorption des acides aminés.
Les régimes examinés dans l’analyse comprenaient une grande variété de sources de protéines animales. Aucune source ne semble potentiellement problématique, mais Greg Aldrich explique dans Pet Food Processing que de nombreux régimes comportant une seule source de protéines seraient plus efficaces avec des protéines complémentaires.
Et certaines viandes comme le lapin, le bison, le saumon et le kangourou ne disposent pas encore de suffisamment de recherche pour pouvoir déterminer comment elles contribuent à la santé globale des animaux domestiques. Le Dr Aldrich met ainsi en garde contre l’introduction de nouveaux ingrédients risqués dans l’industrie avant la collecte de données critiques et les essais sur les aliments.
« Nous devons faire comprendre aux détaillants et aux consommateurs que ces extrêmes dans la composition des ingrédients peuvent avoir des conséquences », explique-t-il, insistant sur la nécessité d’un équilibre nutritionnel difficile à garantir dans les formules contenant des ingrédients non conventionnels.

Des mesures pour mettre en œuvre de meilleures pratiques de sécurité et de test

Cependant il pourrait exister plusieurs autres facteurs possibles. La FDA a annoncé que le réseau d’investigation et de laboratoire vétérinaire étudiait les influences environnementales et recueillait des données à partir d’autopsies. Il est ainsi suggéré que les fabricants d’aliments pour animaux de compagnie travaillent avec des nutritionnistes qualifiés à temps plein. Et s’ils ne disposent pas déjà de mesures de contrôle de la qualité éprouvées, ils doivent prendre des mesures pour mettre en œuvre de meilleures pratiques de sécurité et de test.
Idéalement, toutes les formules devraient passer par les essais d’alimentation de l’AAFCO (Association of American Feed Control Officials). Jusqu’à ce que l’enquête fournisse des données plus concluantes, les fabricants d’aliments pour animaux de compagnie devraient réexaminer la qualité et les sources de leurs ingrédients, leurs méthodes de traitement et leurs formulations suggère la FDA. (SOURCES : Rapport FDA/FoodIndustry).

Les tendances actuelles pour l’alimentation animale

Végétalienne, brute, déshydratée, lyophilisée…, les croquettes pour animaux de compagnie tendent de plus en plus vers des ingrédients plus sains et durables. Ainsi, de nouveaux ingrédients sont apparus dans les formulations d’aliments pour animaux de compagnie ou du moins vont arriver sur le marché.
Yora par exemple apporte des protéines d’insectes au marché des aliments pour animaux de compagnie en Europe. Les larves de mouche soldat noir (BSFL) et les grillons sont en effet riches en calcium et les grillons sont une bonne source de taurine et d’acides aminés. Cependant, une enquête de l’Association américaine des responsables du contrôle des aliments pour animaux (AAFCO) est ouverte en vue de leur utilisation dans les aliments pour animaux de compagnie. Les récompenses ne répondant pas aux exigences de l’AAFCO, car proposées à titre occasionnel et non sous forme de repas complet, Jiminy’s vend actuellement ses friandises à base d’insectes aux propriétaires d’animaux américains.

Des protéines de viande dérivées de cellules animales

Bond Pet Foods utilise de son côté une technique appelée agriculture acellulaire. Dans un processus similaire au brassage artisanal, la société fabrique des protéines de viande dérivées de cellules animales (aucun abattage requis) et de microbes naturels. Ils reçoivent un bouillon riche en nutriments contenant des vitamines, des sucres et des minéraux dans nos cuves de fermentation, sans les produits pharmaceutiques. Ensuite, l’impossible se produit: «des protéines animales réelles et propres sont fabriquées». Et pas un seul animal n’est abattu dans le processus qui implique la culture de cellules animales à partir de microbes naturels et d’animaux indemnes. Ces protéines sont ensuite être mélangées à d’autres nutriments importants pour créer un régime alimentaire équilibré.

Le Koji fait son entrée dans les ingrédients

Les propriétaires d’animaux préférant éviter les protéines à base de viande peuvent désormais se tourner vers le champignon koji. Elevé en protéines, le koji contient les dix acides aminés et est durable à produire. Proposé par Wild Earth, le fabricant d’aliments pour chiens ne les vend uniquement que sous forme de friandises mais il envisage d’ajouter ce superaliment à la nourriture sèche pour chiens.

Les céréales anciennes reviennent au goût du jour

La gamme de produits Farmina N & D Low Ancestral Grain et la nouvelle nourriture pour chiens sans légumineuses d’American Natural Premium proposent de leurs côtés de revenir aux formules utilisant des céréales anciennes comme l’avoine, le sarrasin, l’épeautre, le sorgho et le quinoa. Les céréales anciennes contiennent peu ou pas de gluten, de grandes quantités de fibres et de protéines et un faible indice glycémique, ce qui est bénéfique pour les animaux souffrant de diabète ou d’obésité.

Sans ingrédients artificiels

Petco, grand détaillant de nourriture pour animaux de compagnie, vient d’annoncer quant à lui qu’il ne vendrait plus d’aliments et de friandises contenant des colorants, des arômes et des agents de conservation artificiels pour les chiens et les chats.
« Depuis l’ouverture de notre premier magasin en 1965, Petco s’est engagée à assurer le bien-être des animaux de compagnie. Cet engagement se poursuit aujourd’hui avec notre décision de ne pas transporter d’aliments et de friandises pour chiens et chats contenant des arômes, des colorants et des agents de conservation artificiels », a déclaré PDG de Petco, Ron Coughlin. En 2014, Petco est devenu le premier détaillant national spécialisé à cesser la vente de friandises fabriquées en Chine à la suite des préoccupations des consommateurs concernant la sécurité de ces produits – et d’autres détaillants ont rapidement emboîté le pas.
Avec ces nouvelles normes, la société vise à rehausser la barre pour l’ensemble du secteur de la vente au détail d’animaux de compagnie. En janvier 2019, Petco a ainsi commencé à retirer des aliments pour chiens et chats et des friandises avec des ingrédients artificiels, à la fois dans les magasins et dans le commerce électronique, en s’engageant à achever le processus d’ici la fin de l’année 2019. Certains des plus de 40 ingrédients artificiels que Petco élimine comprennent FD & C Red. N ° 3, hydroxyanisole butylé (BHA), hytroxytoluène butylé (BHT), tributyrate de glycérol et benzaldéhyde, entre autres.

Des tendances pour animaux de compagnie qui suivent de près les tendances de l’alimentation humaine

« Nous invitons les fabricants d’aliments pour animaux de compagnie à se joindre à nous dans cette aventure, et nous travaillons même main dans la main avec certains pour rechercher d’éventuels changements d’ingrédients afin de respecter nos nouvelles normes strictes en matière d’ingrédients », a déclaré Nick Konat, co-responsable des produits dérivés pour Petco.
Ce changement reflète également l’une des principales préoccupations des propriétaires d’animaux domestiques: la nutrition.
Ce n’est pas un hasard si les tendances des aliments pour animaux de compagnie suivent de près les tendances de l’alimentation humaine.
Selon un sondage récent, 87% des propriétaires d’animaux domestiques déclarent que nourrir leurs animaux sans aliments artificiels, sans colorants artificiels ni agents de conservation artificiels est important pour la santé et le bien-être des animaux domestiques, 59% des vétérinaires étant d’accord pour dire que les propriétaires d’animaux domestiques devrait rechercher activement des aliments sans ces ingrédients.
En outre, 95% des propriétaires d’animaux pensent que le régime alimentaire et la nutrition de leur animal sont essentiels à la santé et au bien-être de leur animal. Pourtant, plus de la moitié (56%) estiment qu’il est déroutant de trouver des produits sains pour leur (s) animal (s).  « On considère qu’un chien sur deux, en moyenne, est en surpoids dans le monde. En France, le phénomène touche plus de 30 % de la population canine et atteint plus de 56 % aux Etats-Unis. Outre l’altération de la morphologie, l’obésité a de graves conséquences pour les chiens qui sont parfois sous-estimées : diminution de la vivacité de l’animal, augmentation des risques pathologiques tels que les problèmes cardiaques, les troubles cutanés ou encore les cancers » explique Neovia. La société annonce la signature d’un partenariat avec TargEDys, start-up française dont les avancées dans le domaine des probiotiques ouvrent la voie à une nouvelle approche du contrôle de poids. Ce partenariat a pour ambition d’explorer une technologie innovante permettant de réguler l’appétit et le développement de produits mieux adaptés à une population canine en proie au surpoids voire à l’obésité. Pour mettre au point des solutions nutritionnelles innovantes, Neovia mobilisera son savoir-faire en matière de nutrition animale tout en s’appuyant sur l’expertise scientifique de TargEDys.

Les propriétaires d’animaux préoccupés par la transparence de la fabrication et des étiquettes

« Les propriétaires d’animaux de compagnie recherchent des réponses qui les aident à affirmer qu’ils font les bons choix », a déclaré le Dr Whitney Miller, DMV, MBA, Diplomate ACVPM et directrice de la médecine vétérinaire à Petco.
Petco a travaillé en étroite collaboration avec des vétérinaires internes, des consultants, des nutritionnistes et des experts en bien-être pour éclairer sa décision et ses nouvelles normes en matière de nutrition pour animaux de compagnie.
« Les opinions des consommateurs ont plus que jamais sur les pratiques des entreprises et les études de marché ont montré que les propriétaires d’animaux sont préoccupés par la transparence de la fabrication et des étiquettes. Près de 70% des millennials sont plus susceptibles de rechercher et d’acheter des aliments contenant des ingrédients naturels », a déclaré Dre Susan Wynn (DMV, CVA, CVCH, DACVN), vétérinaire agréée nutritionniste chez BluePearl Veterinary Partners, fournisseur national de soins vétérinaires spécialisés et d’urgence basé à Atlanta, en Géorgie.
Dans le cadre de cette initiative, Petco lance le Petco Pet Wellness Institute: une coalition d’experts de tous les horizons de la santé et du bien-être des animaux de compagnie.
Le mandat de l’institut consistera notamment à financer des recherches fondées sur des données probantes afin de mieux comprendre et définir les problèmes qui touchent l’ensemble de l’industrie, y compris l’impact des aliments et des ingrédients sur la santé des animaux de compagnie.
Parce que la transformation de Petco affectera certaines marques et incitera idéalement les entreprises à changer d’ingrédients, l’entreprise propose déjà une gamme complète d’aliments de haute qualité spécialement formulés, qui répondent déjà et même surpassent ses nouvelles normes (Sources PETCO).

Le segment haut de gamme en pleine croissance

Mais pour l’heure, pendant le Process expo qui se déroulera du 8 au 11 octobre 2019 au McCormick Place de Chicago, la FPSA (Food Processing Suppliers Association) a annoncé l’ajout d’un cours essentiel au programme sur la thématique de la «Premiumisation des aliments pour animaux de compagnie». Et pour cause : «L’audience des transformateurs d’aliments pour animaux de compagnie à Process Expo a augmenté régulièrement au cours des derniers cycles d’exposition, attirée par la technologie exposée au salon», a déclaré David Seckman, président et chef de la direction de la Food Processing Suppliers Association (FPSA). Cette session consacrée aux transformateurs d’aliments pour animaux de compagnie sera présentée par Jared Koerten, responsable des soins pour animaux de compagnie à Euromonitor International qui explique : «Le segment haut de gamme du secteur des aliments pour animaux de compagnie a connu une croissance au cours des cinq dernières années, mais où va-t-il? Avons-nous atteint notre sommet?». La présentation de M. Koerten traitera de ce sujet et examinera les changements à long terme qui modifieront le marché, donnant aux participants un aperçu éclairé des tendances de l’industrie de la nourriture pour animaux de compagnie, de manière à rester à l’avant-garde.
Les transformateurs d’aliments pour animaux de compagnie présenteront quant à eux une chaîne de production d’aliments pour animaux vivants faisant ses débuts à ce mardi 8 octobre. Cette ligne fabriquera des croquettes d’aliments pour animaux de compagnie à partir de protéines brutes au cours de trois démonstrations en direct les trois premiers jours du salon et d’une démonstration supplémentaire le quatrième jour. (SOURCES FDA, Foodindustry, Petco, Neovia).

ParLa rédaction
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
La blockchain en passe de révolutionner l'agroalimentaire ?

C'est LA tendance majeure du secteur agroalimentaire. Au cœur des enjeux économiques actuels, la blockchain apparaît comme étant la technologie pouvant révolutionner la traçabilité des produits. Comment la blockchain permet-elle d’améliorer la supply chain …

Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par les performances des flux de marchandises et d’information, du sourcing au client final sur l’ensemble des processus de la supply chain. De nombreuses entreprises l'ont déjà compris. Le transport et …

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend