Aller directement au contenu

Les coopératives laitières mettent en avant leurs atouts !

Les études le confirment davantage chaque fois. Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la qualité des produits qu’ils consomment, leur mode de production et de fabrication, le respect de l’environnement ou encore du bien-être animal. Ils se tournent de plus en plus vers une alimentation saine et naturelle, tout en cherchant à se faire plaisir. A …

Les coopératives laitières mettent en avant leurs atouts !
Les Français ont besoin d’être rassurés sur les conditions de production et d’élevage, la garantie du bien-être animal, la non présence d’OGM ou d‘antibiotiques.

Les études le confirment davantage chaque fois. Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la qualité des produits qu’ils consomment, leur mode de production et de fabrication, le respect de l’environnement ou encore du bien-être animal. Ils se tournent de plus en plus vers une alimentation saine et naturelle, tout en cherchant à se faire plaisir.
A l’occasion de son assemblée générale 2017, la FNCL, 
La Fédération Nationale des Coopératives Laitières a choisi de mettre en lumière les atouts des coopératives laitières pour répondre à ces nouvelles attentes.

Le critère prix en léger recul des préoccupations

Selon une récente enquête du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), la fabrication française est devenue en 2016 le premier critère d’achat des consommateurs, avec comme motivation, la préservation des emplois et la garantie d’une plus grande qualité du produit et du respect de l’environnement.
Face à la montée des inquiétudes sur l’alimentation, les Français ont besoin d’être rassurés sur les conditions de production et d’élevage, la garantie du bien-être animal, la non présence d’OGM ou d‘antibiotiques. Selon le Credoc, le critère prix est en léger recul dans leurs préoccupations tandis que les garanties écologiques et le mode de production biologique sont logiquement en hausse.

L’avantage du circuit court des coopératives

Dans ce contexte, les coopératives laitières mettent en place différentes initiatives pour faire connaître aux consommateurs les spécificités et les atouts de leur modèle : lien direct des producteurs aux consommateurs, proximité et pérennité de l’activité économique et des emplois sur les territoires (de la production à la commercialisation, en passant par la fabrication), engagements en matière de traçabilité et de qualité…
La FNCL a choisi de présenter quatre démarches de coopératives qui s’engagent à répondre aux attentes des clients (grande distribution, restauration hors-domicile…) et, in fine, à celles des consommateurs.
Agrial a ainsi lancé depuis deux ans une démarche d’innovation multi-filières baptisée « Grandeur nature ». Elle est chargée d’aider les associés-coopérateurs à développer des systèmes de production innovants, répondant aux attentes sociétales (moins de produits phytosanitaires, bien- être animal), qui pourront être partagés demain.
Candia (groupe Sodiaal Union) a décidé de mettre en avant son modèle coopératif, avec une campagne de communication inédite sur les spécificités de ses produits, le bien-être animal, les 
contrôles pour assurer la qualité, la collecte de lait sur l’ensemble du territoire, un approvisionnement 100 % français, des exploitations familiales…
Les Maîtres Laitiers du Cotentin développent depuis un an une nouvelle marque baptisée « 
Campagne de France » permettant de valoriser les producteurs de la coopérative et la maîtrise de la filière de l’amont jusqu’à la transformation et la distribution via son réseau France Frais, avec des engagements de qualité et de proximité sur le territoire.
Terrena déploie progressivement sa démarche globale « La Nouvelle agriculture », avec des critères qualitatifs et de productions spécifiques pour chacune de ses filières (moins d’intrants, sans OGM…), de l’amont (production) jusqu’aux produits finis vers les consommateurs, avec une marque dédiée.« Les coopératives sont le prolongement des exploitations laitières de leurs adhérents, représentant ainsi un maillon unique entre la production et la transformation : bref, un circuit court. Elles permettent de mieux valoriser la production des éleveurs et de mieux répondre aux attentes des consommateurs et des citoyens, en matière de qualité, de traçabilité et de lien avec les territoires. Leur modèle de fonctionnement est un atout qu’elles mettent aujourd’hui en avant auprès des différents clients, et notamment les consommateurs », souligne Dominique Chargé, Président de la FNCL.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend