Aller directement au contenu

La métrologie du futur vue par le LNE et Zeiss

Dans une vidéo publiée par le LNE (Laboratoire national de Métrologie et d’Essais), Thomas Grenon, directeur général du LNE et Mustapha El Bouchouafi, directeur général de Zeiss Industrial Quality & Research France, expliquent les intérêts et enjeux de leur coopération pour le développement de la métrologie du futur et ses finalités, notamment dans l’industrie 4.0. Anticiper les nouveaux besoins …

La métrologie du futur vue par le LNE et Zeiss
Avec la MMT Zeiss UPMC 850 CARAT, Zeiss propose une machine de référence pour la métrologie et les laboratoires d’analyses et d’expertise. Elle est notamment équipée d’une tête de mesure VAST Gold.© ZEISS/LNE

Dans une vidéo publiée par le LNE (Laboratoire national de Métrologie et d’Essais), Thomas Grenon, directeur général du LNE et Mustapha El Bouchouafi, directeur général de Zeiss Industrial Quality & Research France, expliquent les intérêts et enjeux de leur coopération pour le développement de la métrologie du futur et ses finalités, notamment dans l’industrie 4.0.

Anticiper les nouveaux besoins en matières de mesure

«Zeiss est un partenaire de longue date du LNE et c’est une référence mondiale dans le domaine de la métrologie et on le doit à la qualité de ses machines et aux compétence de ses personnels et donc nous avons souhaité nous associer avec les meilleurs de la métrologie dimensionnelle» souligne Thomas Grenon du LNE pour expliquer leur collaboration avec Zeiss.

«Le domaine de la métrologie est extrêmement réglementé et le Laboratoire national de métrologie et d’essais joue un rôle capital dans ce domaine. Le LNE comme Zeiss est impliqué dans l’anticipation des nouveaux besoins en matière de mesure et d’essais liés aux évolutions technologiques et aux attentes nouvelles de la société dans le domaine de la qualité et de la protection de l’environnement chose qui est en phase avec les valeurs et la mission de Zeiss» explique de son côté Mustapha El Bouchouafi de chez Zeiss. Avec la MMT Zeiss UPMC 850 CARAT, Zeiss propose une machine de référence pour la métrologie et les laboratoires d’analyses et d’expertise. Elle est notamment équipée d’une tête de mesure VAST Gold.

Le LNE et Zeiss poursuivent donc leur collaboration pour «relever les nouveaux défis de la métrologie, en particulier ceux liés à l’industrie 4.0, à savoir aller vers toujours moins d’incertitude, puis aller vers les nouveaux processus de fabrication», explique Thomas Grenon.

La métrologie du futur en phase avec les nouveaux besoins des industriels français

«Cette coopération nous permettra d’approfondir nos échanges techniques dans la mécanique de haute précision et de continuer à promouvoir le rôle et l’importance de la métrologie dans l’industrie du futur. Grâce à cette coopération, la métrologie du futur sera en phase avec les nouveaux besoins des industriels français. Que ce soit au niveau de la métrologie de haute précision ou au niveau de traitement des données», indique Mustapha El Bouchouafi.  Selon Thomas Grenon, la métrologie dans l’industrie du futur aura un rôle fondamental à jouer. «Elle doit s’adapter aux besoins nouveaux des industriels elle peut même précéder certains des besoins et on a en particulier des collaborations importantes à avoir dans le domaine des formes complexes, avec en particulier dans la fabrication additive, dans le domaine du numérique avec les certificats numériques, avec les jumeaux numériques, avec même l’intelligence artificielle qu’on abordait juste avant. Il y a donc un rôle fondamental pour la métrologie dans l’industrie du futur». Pour Mustapha El Bouchouafi, la métrologie restera «un élément déterminant dans l’augmentation de la productivité, la réduction des rebuts, l’intégration de la maintenance prédictive, l’augmentation de la qualité ainsi que la réduction de l’énergie et de la matière consommée. Aujourd’hui, les technologies Zeiss sont plus rapides, plus précises, plus performantes, automatisées et surtout, intégrées dans les donneées de production. Quand on dit l’intégration aux lignes de production, cela veut dire traitement des données. Aujourd’hui, avec le LNE, on se voit apte et capable de simplifier structurer et traiter ces données. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui l’intelligence artificielle».

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend