Aller directement au contenu

Valoriser la donnée, optimiser les process, se différencier : Les trois tendances observées au Sitevi

Alors que les constructeurs poursuivent leurs efforts pour proposer des réponses aux besoins des producteurs, trois tendances principales ont été observées lors de la dernière édition en décembre dernier du Salon International des équipements et savoir-faire pour les productions viti-vinicoles, oléicoles, arboricoles et maraîchères (Sitevi), porteuse de solutions innovantes pour le secteur notamment vinicole. La première concerne encore cette …

Valoriser la donnée, optimiser les process, se différencier : Les trois tendances observées au Sitevi
De la vigne au verre, le numérique s’installe désormais dans l’optimisation de la production. ©Sitevi

Alors que les constructeurs poursuivent leurs efforts pour proposer des réponses aux besoins des producteurs, trois tendances principales ont été observées lors de la dernière édition en décembre dernier du Salon International des équipements et savoir-faire pour les productions viti-vinicoles, oléicoles, arboricoles et maraîchères (Sitevi), porteuse de solutions innovantes pour le secteur notamment vinicole.

La première concerne encore cette année le numérique et ses applications. En effet, le numérique est de plus en plus au cœur du fonctionnement des machines. La deuxième tendance porte sur l’optimisation des opérations culturales (en viticulture, arboriculture…) et des process (en œnologie notamment). Dans cette tendance, la réduction de l’usage des produits phytos tient encore une place importante cette année. La dernière tendance porte sur le besoin de différentiation commerciale, d’innovation produit, et d’éco-conception des produits et/ou la réduction des impacts environnementaux.

Rendre les équipements «communicants», voire «interopérables» entre eux

« On le sait désormais, le numérique est maintenant bien présent sur les équipements, au travers notamment des fonctions d’automatisation, d’aides à la conduite… Mais le numérique, c’est aussi de plus en plus la collecte de données grâce à des capteurs, et ensuite l’analyse de ces données à des fins de pilotage plus fin et d’aide à la prise de décision… Et dans ce domaine, l’édition 2021 est marquée par une tendance forte au partage des données entre équipements, et à l’aide à la décision pour des taches très complexes. La tendance qui se dessine depuis quelques années, et qui se renforce cette année c’est de rendre les équipements «communicants», voire «interopérables» entre eux. Ce partage de données entre les divers équipements devrait permettre de mieux faire la relation entre les actions menées et les résultats obtenus, d’améliorer la connaissance fine de l’agronomie et de l’œnologie, et de pouvoir prendre des décisions adaptées dans un contexte de production de plus en plus complexe » s’accordent à dire Isabelle Alfano, directrice du Sitevi et Frédéric Martin, président d’Axema et du Sitevi.

C’est ce que propose Pellenc avec sa plateforme Pellenc Connect : partage d’informations entre machines viticoles (tracteurs…) et machines de chai (pressoir…). Parsec, avec son logiciel Quadr@, réalise l’intégration des équipements 4.0 de la cave, pour une automatisation des process et une traçabilité dynamique sur une base de données unique.

Les outils d’aide à la décision se déclinent maintenant pour des opérations qui sont cruciales mais pour lesquelles nous n’avions que des solutions empiriques. Ertus Group, avec l’Exapta Tactique, propose un outil de planification des opérations de traitement phytosanitaire. Cet outil prend en compte aussi bien le matériel et les ressources de l’exploitation, que des données climatiques et phénologiques, avec comme objectif d’obtenir une organisation rigoureuse des opérations et la réussite des traitements.

Vinventions, avec son test de tendance d’évolution des vins du polyscan, permet au vinificateur d’évaluer la sensibilité des vins à l’oxydation, et ainsi de pouvoir adapter ses choix de vinification comme l’inertage, le type d’élevage…

Dans le contexte de dérèglement climatique actuel, l’évolution temporelle des variables agronomiques devient de plus en plus brutale et forte, et les capteurs permettant d’assurer le suivi de cette évolution temporelle seront de moins en moins adaptés aux situations que nous allons connaître. Pour pallier cette évolution, TerraNIS et le Groupe ICV ont enrichi leur service de Vititiculture de Précision Oenoview et proposent un outil de suivi temporel du stress hydrique de la vigne à partir d’images de télédétection. Cet outil permet d’avoir un suivi exhaustif à grande échelle, et cela même pour des situations de stress hydrique intense.

L’optimisation des opérations culturales, en particulier dans le cadre de la Viticulture de Précision, suppose de pouvoir recueillir un grand nombre d’informations sur les variables agronomiques. 3D Aerospace a développé Devines, des services de proxi- détection embarquée sur machines viticoles pour ce besoin de Viticulture de Précision. Ces services sont basés sur la valorisation d’images prises par un boîtier à 7 caméras qui se positionne sur le tracteur.

La plupart des outils de traçabilité et d’optimisation des opérations culturales se heurtent au problème de l’enregistrement de données de travail. Il existe des solutions pour l’enregistrement des données de travail des machines, mais pas grand-chose pour l’enregistrement des données de travail manuel. Aptimiz, avec sa solution de suivi automatique du temps de travail des hommes et des machines, vise à combler ce manque afin d’obtenir des enregistrements complets qui pourront ensuite être valorisés par des outils de traçabilité et/ou d’aide à la décision. Le recueil de données et la prise de décisions peuvent être combinés, comme dans le cas de la machine de tri optique des caisses de raisin développée par R&D Vision. Des technologies d’imagerie 3D et multispectrales rapides sont combinées à des outils d’intelligence artificielle afin de caractériser l’état sanitaire, la maturité, la présence de corps étrangers… dans les caisses de raisin. Ces caisses peuvent être ensuite triées selon les résultats mesurés et les seuils définis par le récoltant.

Recueil de données et prise de décisions sont également combinées dans la technologie NECTAR by ADCF (Analyse Dynamique de la Cinétique Fermentaire) développée par Parsec qui exploite le dégagement de CO2  fermentaire pour optimiser la qualité des vins par une parfaite maitrise de tous les paramètres des vinifications.

Le Numérique est un outil utile pour la formation, voire indispensable en situation de confinement. Mais c’est surtout un moyen d’apporter de nouvelles façons d’apprendre et d’acquérir les bons gestes techniques par le biais de la simulation. Ainsi l’IFV propose «Pathogen» qui est une formation de e-learning sur les viroses de la vigne, cette formation alterne enseignement en ligne et sessions sur le terrain.

Studio Nyx propose quant à lui E-cab qui est un simulateur de formation à la conduite d’engins agricoles, et notamment de machines à vendanger. Ce simulateur utilise des équipements réels (volant, joystick…) ainsi que des équipements de réalité virtuelle (casque, capteurs) afin de placer l’apprenant en situation de réalisme total. Ce simulateur permet d’acquérir les connaissances de base pour la conduite dans le champ et sur la route, avant de pouvoir se lancer en toute sécurité au volant d’une vraie machine.

Optimiser les opérations culturales et des process 

L’optimisation des opérations culturales et des process a souvent pour objectif premier d’améliorer la qualité du produit final. Mais d’autres objectifs sont également poursuivis, comme la réduction du temps de travail et/ ou de la pénibilité des taches, la santé et la sécurité des opérateurs, et également la réduction de l’usage des phytos voire de pouvoir s’en passer.

L’effeuilleuse ERO VITIpulse Combi vise à améliorer l’efficacité de l’effeuillage tout en limitant les dégâts sur la vigne par la combinaison d’une effeuilleuse à rouleaux et d’une effeuilleuse à air pulsé. Cette combinaison permet d’améliorer sensiblement la qualité de l’effeuillage tout en augmentant la vitesse de travail.

Provitis, avec sa machine VSE 230, propose une solution mécanisée de tirage et de broyage des bois pour les vignes taillées en Guyot. Le tirage se fait vers le bas, et il s’opère grâce à la coopération des 2 outils qui se font face de part et d’autre du rang : un outil qui pousse les bois de l’autre côté du rang, et un second outil qui récupère les bois, les tire vers le bas et assure le broyage.

La performance des opérations culturales passe également par la réduction des taches manuelles souvent très chronophages. Ainsi Vignetinox a développé le Livio RAPID qui est un outil semi-automatique permettant l’installation facile d’un élément de blocage élastique entre un fil métallique ou plastique, et un tuteur pour plantes. Netafim a de son côté conçu NetflushTM qui est une vanne de purge pilotée. Cette vanne permet l’automatisation et la simplification de la purge des lignes de goutte à goutte, opération essentielle pour la pérennité des réseaux d’arrosage. Dans le secteur des opérations culturales, il en est une qui est source de nombreuses innovations, voire de mutations profondes : la protection phytosanitaire. Les objectifs sont tout à la fois d’améliorer l’efficacité des applications, d’adapter les doses aux besoins de la plante, de limiter les impacts environnementaux et les conflits d’usage. C’est ainsi que Caffini a développé son pulvérisateur Smart Synthesis Hybrid sur lequel il est possible de faire varier aussi bien le volume d’air généré par la turbine que la dose de produits. La turbine est entrainée par un moteur électrique de 400 volts, et la vitesse de ce moteur est modulée constamment gràce à des senseurs qui lisent la densité de la canopée. La dose de produits est quant à elle modulée via des buses à impulsion PWM, et cela sans modifier la taille des gouttelettes (l’opérateur choisit la taille des gouttelettes qu’il désire obtenir selon les paramètres météo, de pénétration des gouttelettes… La taille de ces gouttelettes reste constante car la pression reste fixe).

Dans la même idée, Vitibot propose un dispositif de pulvérisation confinée adaptée à sa gamme de robots Bakus. Les innovations de ce dispositif résident à la fois dans le design des panneaux récupérateurs qui permettent d’obtenir un flux d’air tangentiel homogène sur toute la hauteur de végétation et des circulations d’air croisées entre les panneaux, dans l’usage de buses PWM permettant un débit variable tout en restant à pression constante, et enfin dans la motorisation électrique qui permet une grande souplesse de réglage et surtout un très faible niveau sonore lors du fonctionnement de l’appareil. Une alternative à l’usage de désherbants chimiques, et aussi au travail du sol en vignes étroites est proposée par New Holland Agriculture avec son désherbeur électrique AGXTEND XPower XPN. Cet outil permet de détruire par électrocution les herbes présentes dans le rang ou sur l’inter-rang. Ce système permet de se passer de désherbants chimiques, et il permet également de lutter contre l’érosion des sols liée au désherbage mécanique.

Pour l’optimisation et la performance des process œnologiques, dans ce secteur d’activité, les enjeux sont essentiellement de conserver les qualités des produits entrants tout au long du processus de vinification, et cela en récoltant le maximum de produit noble. Dès l’entrée dans la cave, il convient de trier au mieux la vendange. Dans cette optique, Pellenc-Pera Oenoprocess propose avec son Intégral’Winery un équipement optimisé pour l’égrappage et le tri de la vendange, tout en ayant simplifié la machine pour en améliorer l’utilisation, le lavage et la sécurité des opérateurs. Afin d’éviter l’oxydation des raisins, le groupe Soufflet Vigne a développé le Spray Protect, outil qui permet de pulvériser des levures et bactéries de bioprotection sur les raisins, que ce soit sur table de tri ou sur tapis de convoyage.

En matière de pressurage, il faut concilier rapidité, efficacité et qualité d’extraction. Della Toffola innove avec Ampelos, en proposant un système de pressurage pneumatique en continu qui combine 3 petits pressoirs reliés entre eux de façon fonctionnelle. Cet ensemble est bardé de capteurs (pesons, débitmètres, densimètre…) et il est piloté par un logiciel faisant appel à de l’intelligence artificielle afin d’optimiser le processus de pressurage, et pour également faire de l’auto- apprentissage dans le but d’améliorer encore ses performances.

Il faut aussi intégrer les autres phases du travail de pressurage, et en particulier la phase de nettoyage. Afin de rendre cette phase plus rapide et moins pénible pour l’utilisateur, tout en améliorant la qualité du nettoyage et en diminuant la consommation en eau, Bucher Vaslin a conçu des drains pivotants à fixation rapide. Cette fixation rapide permet le serrage ou desserrage des drains sans outil et en toute sécurité pour l’opérateur.

Dans le domaine de la filtration, Pellenc- Pera Oenoprocess propose une solution pour l’optimisation des performances du filtrage des liquides chargés. Le Couplage Filtr’Activ combine une filtration tangentielle tubulaire et une filtration tangentielle dynamique, ce qui améliore grandement les performances en termes de débits, de qualité du produit et de rendement.

Eco-conception des produits et réduction de l’impact environnemental, des préoccupations sociétales à prendre en compte

C’est une tendance qui existait de façon marginale depuis quelques années mais qui prend un peu plus d’importance au fil des dernières éditions. Cette différentiation vise un meilleur positionnement des produits, de leur prix et de leur image face à la concurrence, ou pour la conquête de nouveaux marchés. Mais elle passe également maintenant par la recherche d’une image plus en phase avec les préoccupations sociétales, et en particulier par l’éco-conception des produits ou la réduction de l’impact environnemental.

La différenciation peut se faire via le produit commercialisé par le producteur, comme pour la pomme à couteau Kissabel qui a été sélectionnée chez Dalival. Cette pomme à épiderme et chaire rouge est destinée aux arboriculteurs désireux de se différencier de leurs concurrents.

Mais la différentiation peut se faire également par rapport aux équipements de cave. Dans ce secteur il y de nombreuses possibilités en termes de conservation des vins, depuis les cuves bétons ou inox, en passant par les barriques en bois… Et sur ce secteur, Biopythos propose un procédé d’impression 3D de jarres en céramique. Ce procédé est une alternative aux techniques traditionnelles de moulage ou de façonnage à la main des jarres. Et pour l’utilisateur c’est la possibilité de pouvoir se différencier grâce à des jarres dont la forme et le volume peuvent sortir de l’ordinaire.

Toujours dans ce secteur, la Tonnellerie Rousseau a développé Cuve inOak, une cuve tronconique en bois mais dont l’intérieur comporte une cuve en inox avec chapeau flottant. Ceci permet pour l’utilisateur d’afficher un chai garni de cuves en bois, mais dont le cœur est optimisé en termes de vinification et de conservation des vins.

La mise en avant des produits passe par le choix d’emballage ou d’éléments de décor comme la pose de capsule de cire sur les bouteilles. C’est pour ce besoin que Soufflet Vigne a développé Presticire, une gamme de 3 machines à cirer les bouteilles. Les réglages permettent une grande variété de finition de la cire sur les bouteilles (couleurs, inclinaison, surface, poinçon…), autant d’éléments qui contribuent à constituer une identité unique pour le producteur.

Dans un secteur bien différent, celui des fruits à coques, la demande provient d’arboriculteurs qui souhaitent se diversifier et produire des amandes françaises. Mais cette diversification se heurte au problème de la mécanisation de la casse des amandes. À partir du cahier des charges des producteurs français, le Groupe FLDI a développé Coquas, une gamme de machines pour fruits à coques, gamme adaptée au marché français constitué de petites exploitations de quelques hectares.

Lithobru a développé la «Collection Nature – les inattendus de Lithobru» en adoptant une démarche d’éco-conception afin de limiter les quantités d’encres utilisées et le gâchis de papier. Et Lithobru a mis en place une démarche pour accompagner ses clients dans leur démarche éco-responsable. De son côté Vinventions, avec la gamme de bouchons Nomacorc Blue Line, renforce son action en matière de développement durable par l’utilisation de 50% de matière provenant du recyclage de plastiques.

Quant à New Holland Agriculture, la réduction de l’impact environnemental est l’objet premier du tracteur à chenilles TK Methane Power. Ce tracteur fonctionne au biométhane, combustible renouvelable qui peut être produit sur l’exploitation. Un tel tracteur est un moyen de viser la neutralité carbone pour les exploitations agricoles et s’inscrit dans le schéma d’une ferme énergétiquement autosuffisante.

(Source : Sitevi)

ParLa rédaction
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend