Aller directement au contenu

Bol de riz sauce nucléaire.

Les producteurs japonais redoutent les conséquences des retombées radioactives ainsi que le recul de la consommation et des exportations des produits alimentaires. L’inquiétude est née suite à la découverte de traces de contamination à l'iode 131 et au césium dans des épinards cultivés à 70 kilomètres des réacteurs détruits.

Les producteurs japonais redoutent les conséquences des retombées radioactives ainsi que le recul de la consommation et des exportations des produits alimentaires. L’inquiétude est née suite à la découverte de traces de contamination à l’iode 131 et au césium dans des épinards cultivés à 70 kilomètres des réacteurs détruits. Le 20 mars, des taux d’iode 131 anormalement élevés étaient relevés dans d’autres légumes verts à larges feuilles au nord de Tokyo. La zone de recherche s’est élargie. Le gouvernement japonais tente de rassurer l’opinion publique « les contaminations constatées n’ont pas d’effet immédiat sur la santé humaine ». Il faut dire que la zone de contamination radioactive concerne la région du Tohoku, le grenier du pays, chargée de l’approvisionnement de la capitale nippone. La zone assure la production japonaise de : 20 % du riz, 12 % du bœuf, 16 % du porc, 17 % de la volaille et 25% des produits de la mer. « Il n’y a pour l’instant pas de réaction des marchés internationaux », selon la firme Jackson Son & Company, spécialisée dans le commerce du riz.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend