Aller directement au contenu

Bonne et mauvaise nouvelles pour Kronenbourg.

Le géant de la bière danois Carlsberg va investir 17 M€ dans sa filiale française Kronenbourg, afin de construire un nouveau centre européen de développement sur le site d’Obernai (67). De plus, le siège social de la filiale devrait déménager de Strasbourg à Obernai.

Le géant de la bière danois Carlsberg va investir 17 M€ dans sa filiale française Kronenbourg, afin de construire un nouveau centre européen de développement sur le site d’Obernai (67). De plus, le siège social de la filiale devrait déménager de Strasbourg à Obernai.

Jean Hansmaennel, le vice-président des Brasseries Kronenbourg, a déclaré à l’AFP : « nous avons annoncé […] aux représentants syndicaux que nous allions construire d’ici trois ans à Obernai un nouveau centre technique de développement pour la boisson et le packaging ».

 

Si ceci s’apparente à une bonne nouvelle, la réorganisation qui accompagne cet investissement ressemble plutôt à une mauvaise. En effet, l’activité des Brasseries va être adaptée afin de dégager des « économies d’échelles » et des « synergies » : certaines activités informatiques seront externalisées et les services facturation et ressources humaines seront restructurés. Ceci aboutira à la suppression de 37 emplois.

M. Hansmaennel a défendu cette mesure en expliquant que « si on ne réorganise pas certaines choses, c’est beaucoup plus d’emplois que l’on risque de devoir supprimer plus tard. Nous avons intérêt à nous intégrer de plus en plus au sein du groupe Carlsberg pour pouvoir nous battre sur un marché très concurrentiel qui continue à décroître en volumes ». Si pour lui il est « trop tôt » pour parler de licenciements, c’est bel et bien ce que les syndicats craignent.

Brigitte Perret, déléguée centrale CGT, a déclaré à l’AFP : « nous exigeons le maintien de tous les postes et, en cas de suppressions, des propositions de reclassement pour tous au sein des Brasseries Kronenbourg. Mais il y aura un plan social. Le groupe Carlsberg fait des bénéfices mais pas suffisamment et a programmé un vaste plan de réduction de postes sur l’ensemble du groupe. Kronenbourg s’inscrit dans cette démarche ». Erick Schneidecker, délégué syndical central CFDT, est même encore plus pessimiste : il estime que « 53 » postes seront supprimés, « dont 7 qui étaient vacants, avec en parallèle 9 créations de postes ».


Source : agro-media.fr avec AFP, Rayon Boissons et Usine Nouvelle (Thomas Calinon).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend