Aller directement au contenu

Doux: dernier espoir de reprise pour le volailler Doux ?

Alors que les nuages s’amoncellent chez Tilly-Sabco, il semblerait qu’une éclaircie puisse être entrevue chez Doux. En effet, son client principal basé en Arabie Saoudite pourrait investir les sommes nécessaires. 

groupe_doux

Alors que les nuages s’amoncellent chez Tilly-Sabco, il semblerait qu’une éclaircie puisse être entrevue chez Doux. En effet, son client principal basé en Arabie Saoudite pourrait investir les sommes nécessaires.

 

Almunajem souhaite entrer au capital du volailler Doux

Doux pourrait entrevoir de façon plus positive la fin d’année grâce à une déclaration du groupe saoudien Almunajem qui a eu un écho certain chez les employés du groupe breton.

Celui-ci pourrait réaliser un investissement important (entre 20 et 30 %) afin d’entrer au capital de Doux. Les émissaires du groupe du Moyen-Orient ont même rencontré les membres en charge du gouvernement pour avancer sur ce dossier sensible dont la portée politique est centrale.

Pour rappel, l’entreprise est détenue à 80 % la famille Doux et 20 % par le groupe bancaire BNP Paribas. Cela fait déjà plus de 16 mois que la firme est sous un redressement judiciaire qui a entrainé la suppression de plus de 1 000 emplois.

 

Des syndicats récalcitrants

Bien sûr, les syndicats ne voient pas forcément d’un bon œil cette déclaration, et ce, tant qu’ils ne connaitront pas la contrepartie nécessaire (suppression d’emplois, conditions de travail, etc…).

De plus, les leaders syndicaux préféreraient un investisseur industriel et non financier comme Almunajem, mais l’entreprise a-t-elle le luxe de pouvoir choisir ? Force est de constater que Almunajem est l’un des rares clients à avoir augmenté ses commandes depuis l’été 2012.

 

A ce jour, Doux compte 5 sites en France qui sont gérés par 2 400 employés. Au sein d’une filière agro-alimentaire sinistrée, cette possibilité de prise de participations doit être accueillie comme il se doit.

N’oublions pas que la fermeture définitive de telles entreprises (Doux, Tilly-Sabco, etc…) a inévitablement des répercussions chez les sous-traitants (dernièrement, il est possible de citer Gad – 850 emplois).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend