Aller directement au contenu

Entre quantité et qualité, le consommateur a tranché.

Et c’est la quantité qui l’emporte. En effet, Pascale Hebel, la directrice du département Consommation du Credoc, a annoncé lors d’une conférence organisée à l'initiative de la Dgccrf sur le thème « La qualité a-t-elle un prix ? » que les français n'étaient pas prêts à payer pour une alimentation de qualité bien qu’ils demandent

Et c’est la quantité qui l’emporte. En effet, Pascale Hebel, la directrice du département Consommation du Credoc, a annoncé lors d’une conférence organisée à l’initiative de la Dgccrf sur le thème « La qualité a-t-elle un prix ? » que les français n’étaient pas prêts à payer pour une alimentation de qualité bien qu’ils demandent un plus grand respect de l’environnement. Ainsi, les consommateurs tendent à privilégier les produits les moins chers et « les nouvelles générations sont de moins en moins attachées aux labels de qualité », selon Mme Hebel. De plus, la part de l’alimentation dans le budget des français ne cesse de diminuer selon les chiffres du Credoc, et ceci est particulièrement vrai pour les jeunes consommateurs. De plus, la directrice a souligné le fait que le pouvoir d’achat ne risque pas de s’améliorer et que les produits labellisés se vendent le plus souvent lors de promotions. Enfin, elle a conclu en disant que « la question importante est de redonner de la valeur à l’alimentation, c’est une question de santé publique, en raison de l’obésité et pour favoriser le développement durable ». Les fabricants de produits labellisés devront donc rivaliser d’inventivité pour redorer leur blason et inciter les français à investir dans leur alimentation.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend