Aller directement au contenu

Grêle ou sécheresse, à chacun ses dégâts !

Alors que l’assureur Groupama a décidé d’arrêter la souscription de nouveaux contrats multirisque climatique en Bretagne face à l’ampleur des dégâts (pertes de rendement de 10 à 40%) causés par la sécheresse, l’Aquitaine subit la grêle. Tandis que le manque d’eau épargnait la région et que

Alors que l’assureur Groupama a décidé d’arrêter la souscription de nouveaux contrats multirisque climatique en Bretagne face à l’ampleur des dégâts (pertes de rendement de 10 à 40%) causés par la sécheresse, l’Aquitaine subit la grêle. Tandis que le manque d’eau épargnait la région et que 2011 s’annonçait comme une bonne année après les difficultés de 2009 et 2010, 40% du vignoble de l’appellation Sauternes, qui produit des vins liquoreux d’excellence, a été fortement impacté par un violent orage survenu lundi 25 avril 2011. Selon Xavier Planty, propriétaire du château Guiraud, « toute la partie ouest soit 40 % de l’appellation Sauternes a été ravagée, dont près de 80 % sur les communes de Sauternes et Bommes ». Il évoque « des grêlons d’au moins deux centimètres de diamètre ». Pour Vincent Labergère, directeur d’exploitation du château Rayne Vigneau, aucune évaluation des pertes financières n’est possible pour l’instant, « dans l’attente de la réaction de la vigne par rapport à ce très grand stress ». Yann Le Goaster, directeur de la fédération des grands vins de Bordeaux, a indiqué qu’un recensement était « en cours pour connaître précisément le nombre d’hectares touchés, le nombre d’exploitations et évaluer les dégâts ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend