Aller directement au contenu

Lame de cutter, William Saurin contre-attaque.

Par communiqué relayé par l’AFP, William Saurin, dans « l’affaire de la lame de cutter », a déclaré que rien ne permettait d’affirmer que la lame en question provenait de l’entreprise.

Par communiqué relayé par l’AFP, William Saurin, dans « l’affaire de la lame de cutter », a déclaré que rien ne permettait d’affirmer que la lame en question provenait de l’entreprise.

Pour rappel des faits, comme le montre cette vidéo, un couple de retraités avait découvert la semaine dernière une lame de cutter dans une boîte de conserve de bœuf bourguignon.

L’entreprise agroalimentaire a indiqué que, une fois alertée de l’incident, elle avait « immédiatement procédé à la vérification des résultats de tous les contrôles pratiqués tout au long de la fabrication, lesquels sont tous conformes ».

« L’exercice de traçabilité sur les matières premières et ingrédients n’a détecté aucune anomalie. A ce jour, toutes nos fabrications sont conformes et rien ne permet d’affirmer que cette pièce provient de l’entreprise. Nous ne nous expliquons pas comment une lame de cutter ait pu se retrouver dans une boîte ».

« Il peut apparaître étonnant qu’une lame de cutter d’une longueur de 6 cm sur 1,5 cm, taille importante, passe inaperçue dans une boîte de conserve et/ou une casserole et/ou une assiette ». William Saurin, remettant ainsi en cause le fait que le retraité ait pu se blesser involontairement, a jugé « également difficile de la manipuler avec une fourchette et de la porter à sa bouche sans s’en apercevoir ». 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend