Aller directement au contenu

Leclerc poursuit sa progression effrénée en France.

Selon les derniers chiffres de Leclerc, le groupe a franchi en 2011 la barre des 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France (hors essence), suite à 55 mois de croissance ininterrompue !

Selon les derniers chiffres de Leclerc, le groupe a franchi en 2011 la barre des 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France (hors essence), suite à 55 mois de croissance ininterrompue ! Voilà qui a de quoi faire pâlir Carrefour, son principal rival… Leclerc a d’ailleurs confirmé sa volonté de détrôner le leader français de la distribution sur le territoire national d’ici 2015. L’enseigne vise 4% de croissance cette année et 0,5 à 0,6 points de parts de marché supplémentaires.

 

En 2011, le groupe de Michel-Edouard Leclerc a réalisé un chiffre d’affaires de 30,21 milliards d’euros, soit une croissance de 5,5%. Ce dernier n’est d’ailleurs pas peu fier de souligner que cela représente « une progression trois fois supérieure à celle du marché ». Le distributeur est parvenu à rafler 0,6 points de parts de marché à ses concurrents, atteignant 18% (quand Carrefour est à 21,1%).

Néanmoins, il est à noter que la croissance de Leclerc dans les autres pays reste assez limitée (+1,1% seulement, soit 2,4 milliards d’euros). Le distributeur semble donc avoir misé sur la France pour assurer sa croissance, contrairement à ses concurrents qui affichent leurs plus fortes croissances à l’étranger.

Tous ses formats de distribution sont au beau fixe, du drive à l’hyper, principalement grâce à sa politique agressive sur les prix, et au fait qu’il n’hésite pas à rogner sur ses marges. Le patron de Leclerc a déclaré à Reuters qu’ « environ un tiers de la marge nette est affectée aux prix », ajoutant que sa marge nette en 2010 était de 1,8%.

 

Malgré cette réussite éblouissante, Leclerc ne compte pas se reposer sur ses lauriers, bien au contraire. Et pour poursuivre son essor, le géant mise sur le web : il lancera en avril un site de voyages pour promouvoir son offre déjà existante et en automne un site dédié à la vente de biens culturels. En 2013, d’autres sites dédiés au multimédia et aux produits techniques sont prévus. Michel-Edouard Leclerc explique : « l’idée est de lancer à chaque fois des sites dédiés à un marché, autonomes, mais tous réunis sous un portail commun à la Tesco ».

 

Source : agro-media.fr avec LSA (Jean-Noël Caussil) et Boursier.com.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend