Aller directement au contenu

Les distributeurs aux côtés des Restos du Cœur.

Avant Noël, Olivier Berthe, le président des Restos du Cœur, a lancé un appel au secours. En effet, l’association doit faire face à une demande en hausse de 5 à 8% et il lui manque 5 millions de repas.

Avant Noël, Olivier Berthe, le président des Restos du Cœur, a lancé un appel au secours. En effet, l’association doit faire face à une demande en hausse de 5 à 8% et il lui manque 5 millions de repas. Au total, les besoins sont de 1 650 tonnes de produits divers, comme des plats cuisinés, des conserves de légumes, des produits laitiers… Frédéric Lefebvre a décidé de répondre présent pour les Restos du Cœur et a à son tour sollicité les distributeurs et les entreprises. Les enseignes Cora/Match, Intermarché, Leclerc, Lidl, Monoprix, Auchan, Casino, Carrefour et Système U, ainsi que plusieurs entreprises agroalimentaires se sont engagés dans la démarche et ont décidé à leur tour de soutenir les Restos du Cœur. Le coût de l’opération s’élève à 5 millions d’euros.

Une réunion se tiendra demain mardi 3 janvier 2012 à Bercy et réunira les enseignes de distribution, les entreprises et les responsables de l’association. Casino a, pour sa part, affirmé qu’il assurerait « gratuitement la logistique et le transport des denrées alimentaires qui seront fournies dans le cadre de ce plan d’aide ». Même discours chez Carrefour : « Nous avons prévu de mobiliser nos plateformes logistiques dans les prochains jours afin de mettre à la disposition des Restos du Cœur une liste de 15 produits de première nécessité ».

 

Les distributeurs ont par ailleurs tenu à rappeler qu’ils aidaient les associations « tout au long de l’année ». Ainsi, leur collaboration avec ces dernières n’en est pas à son coup d’essai : les magasins accueillent régulièrement des collectes alimentaires et les différentes enseignes font des dons aux associations, à l’instar de Carrefour qui donne 250 000€ par an aux Restos du Cœur selon Le Figaro et a distribué en 2010, toutes associations confondues, 60 millions de repas, soit 30 000 tonnes de produits. Une tendance confirmée par Olivier Berthe, qui a assuré que « la grande distribution nous accompagne tout au long de l’année, et elle est d’accord pour faire un effort supplémentaire ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend