Aller directement au contenu

Les grands abattoirs européens en difficulté

Les plus gros abatteurs nord-européens connaissent des difficultés financières liées à des décisions stratégiques incohérentes et à la conjoncture économique.

Les grands abattoirs européens en difficulté
CIWF se pose en lanceur d’alerte à la veille de la remise du rapport sur les abattoirs et la crise que traverse la filière viande.

Les abattoirs sont à la peine en Europe. Et c’est valable également pour les plus gros d’entre eux, rapporte Réussir Porc. Le numéro un européen, Danish Crown a été mis à mal par les bas salaires en Allemagne ce qui a poussé le groupe danois « à restructurer son industrie et à investir dans l’automatisation de ses outils dès 2009 », y souligne Eric Porcheron, responsable d’études chez Unigrain. Mais en janvier dernier, de nouvelles restructurations se sont avérées nécessaires.

L’embargo russe nuit à la filière

L’un de ses abattoirs, qui exportait majoritairement sa production vers la Russie a de plus dû fermer temporairement. Le troisième abattoir européen a également souffert de l’embargo russe sur le porc, car 54 % du chiffre d’affaires de Tönnies était réalisé à l’international, et notamment en Russie, alors que le groupe allemand y a perdu ses agréments en 2013. Le chiffre d’affaires de l’entreprise reste néanmoins à la hausse (+ 300 000 porcs abattus par rapport à 2012).

L’ex-numéro un du continent, doit pour sa part son déclin à une gestion hasardeuse de ses investissements. Pour éviter le dépôt de bilan, le hollandais Vion a dû se séparer de sa branche « ingrédients », pourtant la plus rentable du groupe.

Régression des abattoirs français

Quant aux abattoirs français, ils sont loin derrière dans la course aux parts de marché. En 2012, Cooperl a abattu 4,9 millions de porcs et le groupe Bigard 4,6 alors que Danish Crown en comptait 21,7 millions et Vion 18,5. « La restructuration des outils d’abattage français ne s’est pas faite, et c’est bien dommage », estime Denis Camaret, directeur de participations chez Unigrain, dans Réussir Porc.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend