Aller directement au contenu

Agroalimentaire : les abattoirs bretons AIM se dirigent vers le redressement judiciaire

Les abattoirs AIM se dirigent vers la voie du redressement judiciaire, la décision sera connue ce 6 janvier.

Agroalimentaire : les abattoirs bretons AIM se dirigent vers le redressement judiciaire
Les abattoirs industriels bretons (AIM) en redressement judiciaire, attendent une offre sérieuse de reprise.

La crise n’en finit plus de décimer le tissu de l’emploi en Bretagne. Gad, Tilly-Sabco, les producteurs de fruits et légumes… et cette fois, ce sont les abattoirs AIM qui vont droit vers le redressement judiciaire. Ils seront fixés aujourd’hui sur leur cas.

Les Abattoirs industriels de la Manche (AIM) qui filent droit vers le redressement judiciaire emploient aujourd’hui près de 600 salariés. Pourtant, la crise ne les a pas épargné et le tribunal de commerce de Coutances fixera leur sort aujourd’hui à 11 h.

Les salariés l’ont appris la veille de Noël, la concurrence rude du secteur et l’embargo russe ne leurs ont accordé aucun répit.

Des salaires ponctionnés

Les salaires : c’est là que survient le premier gros problème pour les salariés qui voient leur paie ponctionnée. Ils seront payés 800 € en décembre, au lieu des 3 000 € prévus entre le salaire et le 13ème mois. Sensibilisés à la situations des salariés, les conseils généraux de la Manche et d’Ile-et-Vilaine vont respectivement donner et prêter 500 euros à chaque salarié.

En attendant la décision de la Justice et si celle-ci devait confirmer le redressement judiciaire, il faudrait alors à AIM trouver des investisseurs.

 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend