Aller directement au contenu

Antibiorésistance des volailles : Que Choisir tire la sonnette d’alarme

Encore trop de volailles présentent des bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques. C'est ce que révèle l'étude publiée hier par l'UFC-Que Choisir.

Encore trop de volailles présentent des bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques. C’est ce que révèle l’étude publiée hier par l’UFC-Que Choisir. Parmi la centaine d’échantillons testée – poulet ou dinde achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie- 26 se sont avérés contaminés et 61 % d’entre eux étaient porteurs de bactéries résistantes à une ou plusieurs familles d’antibiotiques. Pire encore, 23 % étaient résistants à des antibiotiques critiques, « c’est-à-dire les plus cruciaux utilisés en médecine humaine en dernier recours pour des pathologies graves ». 
 

Antibiorésistance : les volailles d’entrée de gamme plus impactées

Selon l’association de consommateurs, ce sont les volailles d’entrée de gamme qui sont concernées en premier lieu par ces antibiorésistances. « Nous avons constaté qu’il y a plus de contamination sur les volailles standards et premiers prix que sur les volailles label rouge », explique Olivier Andrault, chargé de l’alimentation à l’UFC-Que Choisir. Concernant le label rouge, la résistance est moidre selon l’association mais lorsqu’elle est présente, « cela concerne les antibiotiques critiques, les plus forts ». 
 

Que Choisir demande à la France de légiférer

UFC-Que Choisir demande donc à la France de renforcer le cadre réglementaire de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages. L’association demande au « législateur français d’imposer le découplage entre la prescription des antibiotiques […] et la vente […] », proposition qui figurait dans la loi de modernisation de l’agriculture, avant que les vétérinaires obtiennent son retrait. L’association demande également une réduction d’un quart de l’utilisation d’antibiotiques.
 
Enfin, elle demande à ce que l’Europe reste ferme dans les négociations sur l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, mettant en garde contre un allègement des normes de sécurité alimentaire.
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend