Aller directement au contenu

Bel cède la marque Leerdammer à Lactalis

Le Groupe Bel et le Groupe Lactalis ont annoncé leur entrée en négociation exclusive suite à la signature d’une promesse unilatérale d’achat portant sur la cession d’un périmètre comprenant Royal Bel Leerdammer NL, Bel Italia, Bel Deutschland, la marque Leerdammer et tous ses droits attachés, ainsi que Bel Shostka Ukraine, à Lactalis. Ce périmètre serait transféré à Lactalis par …

Bel cède la marque Leerdammer à Lactalis
Cette opération permet à Lactalis de prendre pied sur le marché des fromages de Hollande et de s’implanter industriellement aux Pays-Bas à travers trois sites de production.

Le Groupe Bel et le Groupe Lactalis ont annoncé leur entrée en négociation exclusive suite à la signature d’une promesse unilatérale d’achat portant sur la cession d’un périmètre comprenant Royal Bel Leerdammer NL, Bel Italia, Bel Deutschland, la marque Leerdammer et tous ses droits attachés, ainsi que Bel Shostka Ukraine, à Lactalis. Ce périmètre serait transféré à Lactalis par Sicopa, filiale détenue à 100% par Bel, en échange de 1.591.472 actions Bel (représentant 23,16% du capital) détenues par Lactalis. A l’issue de l’échange, Lactalis détiendrait 0,90% du capital de Bel.

« En ligne avec nos priorités stratégiques, nous continuons à développer les activités de Bel sur nos trois territoires complémentaires, le laitier, le fruitier et le végétal, afin de renforcer notre position d’acteur majeur du snacking sain. A travers ce projet de cession d’un périmètre comprenant la marque Leerdammer à Lactalis, nous renforçons notre modèle d’entreprise familiale indépendante, qui nous permet d’inscrire notre vision dans un temps long. Cette opération représente pour Leerdammer une opportunité unique d’être adossée au leader mondial des produits laitiers, Lactalis, qui sera le plus à même de la soutenir dans ses prochaines étapes de développement» a déclaré Antoine Fievet, Président-Directeur Général du Groupe Bel. 

«Cette opération permet à Lactalis de prendre pied sur le marché des fromages de Hollande et de s’implanter industriellement aux Pays-Bas à travers trois sites de production. Le transfert au sein de Lactalis des filiales italienne, allemande et ukrainienne va permettre de renforcer nos capacités commerciales dans ces pays, au service de la marque Leerdammer et de distribuer les autres produits de Bel sur ces marchés», a déclaré de son côté Emmanuel Besnier, Président de Lactalis. 

Renforcer l’ancrage européen du Groupe

Depuis son acquisition par Bel en 2002, Leerdammer a vu son chiffre d’affaires et sa rentabilité multipliés par près de deux. Aujourd’hui, la marque fromagère, parmi les plus reconnues auprès du grand public en Europe, et qui bénéficie de fondamentaux solides, d’une très bonne image, d’un portefeuille produits diversifié et d’un outil industriel performant, rejoint Lactalis, leader mondial des produits laitiers. 

En cohérence avec ses priorités stratégiques, le Groupe Lactalis a pour ambition de soutenir activement le développement de Leerdammer en lui faisant bénéficier de l’envergure internationale du Groupe. Lactalis entend renforcer son portefeuille d’innovations, accroître son territoire de marque, et étendre ses positions géographiques à de nouveaux marchés à fortes perspectives de croissance. 

Cette opération va renforcer l’ancrage européen du Groupe, en particulier en Italie et en Allemagne, et offre de belles perspectives de développement dans des marchés où Lactalis est déjà significativement implanté comme l’Ukraine, pays où le Groupe est implanté depuis 25 ans. Le Groupe confirme cibler à moyen terme l’équilibre de son chiffre d’affaires entre le laitier et le fruitier / végétal en s’appuyant notamment sur ses marques cœur La Vache qui rit, Kiri, Mini Babybel, Boursin ou GoGo squeeZ, sous lesquelles il continuera à développer des produits laitiers, des produits fruitiers, des alternatives végétales ou mixtes. 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend