Aller directement au contenu

Bonduelle se lance à l’assaut des Etats-Unis.

Bonduelle, le spécialiste des légumes, part à la conquête de l’Ouest en faisant l’acquisition de trois usines de surgélation et d’un centre de conditionnement appartenant à l’américain Allens.

Bonduelle, le spécialiste des légumes, part à la conquête de l’Ouest en faisant l’acquisition de trois usines de surgélation et d’un centre de conditionnement appartenant à l’américain Allens. Ce dernier a pour premier métier la conserve de légumes et a vendu l’an dernier 150 000 tonnes de légumes surgelés aux Etats-Unis. Dans un communiqué, Bonduelle a précisé que les quatre sites concernés se situent dans l’Etat de New-York et dans le Wisconsin et emploient environ 400 personnes. Le montant de la transaction n’a pas été révélé. Le français n’acquiert pas que les sites, il achète également les marques « Chill Ripe » et « Garden Classics » et aura la possibilité d’utiliser les marques du groupe Allens pendant 18 mois.

 

Bonduelle possède 42 sites de production employant 7 250 salariés. Ce n’est pas la première fois que le spécialiste des légumes se lance à la conquête de l’Ouest, étant donné qu’il produit déjà 335 000 tonnes de légumes au Canada suite à son acquisition d’Aliments Carrière, dont le tiers est exporté vers les Etats-Unis. Il est d’ailleurs leader dans ce pays.

 

Selon un porte-parole de Bonduelle, « l’acquisition des sites d’Allens, directement aux USA, permet d’équilibrer nos productions et d’être plus vertueux sur le plan des risques de change entre dollars canadiens et américains ».

Ces acquisitions confirment une fois de plus la volonté du groupe français de s’étendre à l’internationale. Il avait déjà acheté récemment des actifs de Cecab en Russie, la conserverie Kelet-Food en Hongrie et avait mis un pied au Brésil en 2011.

 

Source : agro-media.fr avec AFP et La Voix Eco (Jean-Marc Petit).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend