Aller directement au contenu

Ca flambe dans nos rayons, surtout pour les conserves de poisson, le sucre et les œufs !

Les négociations annuelles entre les IAA et la distribution se sont achevées.

Les négociations annuelles entre les IAA et la distribution se sont achevées. Si pour Michel-Edouard Leclerc les négociations « se sont mieux passées » que les années précédentes, elles n’ont pas permis d’éviter des hausses de prix. Ainsi, les industriels auraient réclamé une hausse des prix de l’ordre de 4 à 5%, mais selon la Fédération des entreprises du Commerce et de la grande Distribution (FCD), « la grande distribution est parvenue à faire baisser ces chiffres de façon significative ».

Le président de l’Association des entreprises de produits alimentaires élaborés (ADEPALE), Vincent Truelle, annonce des hausses de l’ordre de 2 à 3% sur les prix affichés en rayon.

Certains produits devraient être plus impactés que d’autres :

  • les conserves de poissons, et notamment celles de thon, sardine et maquereau, devraient voir leurs prix bondir de 12 à 14% selon Europe 1 ;
  • les produits à base de sucre, comme les gâteaux et les confitures, devraient subir une hausse de 3% ;
  • et enfin les œufs et produits à base d’œufs devraient subir les conséquences de la nouvelle réglementation européenne concernant le bien-être des poules pondeuses et selon le président de l’ADEPALE « les produits incorporant le plus d’œufs pourraient voir leur prix augmenter de 10 à 15% ». 

Source : agro-media.fr avec Europe 1 et L’Express (Léa Billon).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend