Aller directement au contenu

Céréales : La France contrainte d’importer du blé du Royaume-Uni et de Lituanie

Face à un été désastreux et aux aléas de la météo, le blé a souffert, poussant désormais la France à importer... pour mieux exporter.

Céréales : La France contrainte d’importer du blé du Royaume-Uni et de Lituanie
Les caprices de la météo estival ont conduit la France à passer commandes auprès de ses voisins européens pour honorer ses exportations de blé.

La France, premier exportateur européen de blé, a dû acheter du blé britannique et lituanien pour faire face à la mauvaise qualité de sa récolte et pouvoir honorer ses contrats avec ses clients étrangers. De mauvais augure pour cette rentrée agricole morose.

La faute à la météo désastreuse de cet été 2014 et un blé fauché avant l’heure. La récolte 2014 de blé tendre devrait s’élever à plus de 38 millions de tonnes mais sa commercialisation inquiète.

Une germination prématurée due aux « giboulées » de juillet et des records au pluviomètre ont largement détérioré la qualité du millésime 2014, poussant la France à prendre des mesures… financières.

Le leader européen du blé contraint de mettre la main à la poche

A défaut de s’auto-suffire avec du blé français, ce sont 3000 tonnes de blé qui sont arrivées à Dunkerque en provenance du Royaume-Uni. Un autre chargement britannique de 4400 tonnes est, lui, à Rouen avec les 27500 tonnes de blé lituanien.

Des dépenses non chiffrées mais qui s’élèvent à plusieurs milliards et qui sont nécessaires pour honorer les exportations. L’été 2015 est d’ores et déjà espéré plus clément.

 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend