Aller directement au contenu

Charcuterie : Intermarché va s’adapter à la flambée du cours du porc

Alors que les cours mondiaux de la viande de porc s’enflamment et fragilisent les opérateurs,
Intermarché soutient l’industrie charcutière française 
et s’engage, par un processus de négociations accéléré,
à accepter sans délai les hausses justifiées
pour les matières premières issues de porc français. Premiers accords avec Herta, Hénaff, Charcuterie Vendéenne, Salaison Gérial Alors que les ravages de l’épidémie de fièvre porcine africaine …

Charcuterie : Intermarché va s’adapter à la flambée du cours du porc
Intermarché et Herta ont trouvé les moyens pour, d’une part, éviter aux industriels d’être engagés dans un « effet ciseau » et pour d’autre part, permettre aux consommateurs d’accéder à prix raisonnable aux produits de charcuterie, tout en garantissant leur disponibilité.

Alors que les cours mondiaux de la viande de porc s’enflamment et fragilisent les opérateurs,
Intermarché soutient l’industrie charcutière française 
et s’engage, par un processus de négociations accéléré,
à accepter sans délai les hausses justifiées
pour les matières premières issues de porc français.

Premiers accords avec Herta, Hénaff, Charcuterie Vendéenne, Salaison Gérial

Alors que les ravages de l’épidémie de fièvre porcine africaine en Chine font fortement augmenter les cours du porc, et que cette situation inédite sur le marché mondial des viandes est aujourd’hui plutôt favorable aux éleveurs, Intermarché soutient l’industrie charcutière française ébranlée par la situation.
Pour autant que celles-ci concernent des matières premières issues de porc français et soient justifiées, Intermarché acceptera les hausses souhaitées par ses fournisseurs, à la date souhaitée par l’industriel. Depuis son arrivée en Chine mi-2018, la propagation de la fièvre porcine africaine a été fulgurante dans un pays qui accueille « près de la moitié » des porcs sur la planète. La maladie, sans danger pour l’homme, se propage aussi aux pays voisins d’Asie du Sud-Est.
C’est donc quasiment l’équivalent de la production européenne qui va manquer en Asie, vu les besoins énormes de la Chine, premier consommateur mondial de viande de porc, qui produisait jusqu’à présent 55 millions de tonnes de viande porcine par an, soit 45% du total mondial. L’Europe et la France sont donc confrontées à des importations massives de viande de porc, à destination de l’Asie.

Explosion des cours du marché du porc

Cette situation se traduit par une explosion des cours du marché du porc : le prix du kilo au marché au cadran de Plérin dans les Côtes-d’Armor, qui fait référence dans la profession, est passé de 1,20 euro mi-mars à 1,47 euro le 20 mai 2019.
Côté Producteurs, cette situation est jugée « un peu meilleure », au regard « des heures compliquées pendant les dernières années pour la rentabilité des exploitations ». En revanche, l’industrie des salaisons est contrainte, elle, de réussir à vendre plus cher ses produits à la grande distribution pour faire face à la situation.
Car, entre l’industrie agroalimentaire et la grande distribution, les prix sont fixés dans un contrat annuel qui a été signé, cette année, avant le début de la hausse des prix du porc, marché par ailleurs en déconsommation.

Vive inquiétude de l’industrie des salaisons

«Intermarché et Herta ont trouvé les moyens pour, d’une part, éviter aux industriels d’être engagés dans un « effet ciseau » et pour d’autre part, permettre aux consommateurs d’accéder à prix raisonnable aux produits de charcuterie, tout en garantissant leur disponibilité», explique Arnaud de Belloy, Directeur Général d’Herta France.
«En temps de crise, nous nous devons, en toute responsabilité, de sortir du schéma classique des négociations commerciales avec les industriels en acceptant certaines hausses de nos prix d’achat, théoriquement bloqués pour un an. En contrepartie de ces hausses consenties, Herta, dont l’essentiel de la production est réalisé dans des usines françaises représentant 1 500 emplois, s’est engagé à développer la part de porc français dans ses gammes», ajoute Thierry Cotillard, Président d’Intermarché.

Agir en responsabilité

Loïc Hénaff, Président du directoire de Jean Hénaff, lui, salue « l’initiative d’Intermarché qui nous a appelé pour anticiper notre besoin urgent d’une hausse de nos tarifs. Cette démarche positive est bien dans l’esprit des EGA car elle permet de fluidifier la répercussion des fluctuations du prix du porc. C’est une opportunité pour les éleveurs bretons de notre Communauté de Progrès. C’est, je l’espère, le point de départ d’un nouvel état d’esprit généralisé dans la filière».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend