Aller directement au contenu

Coca réduit son Bilan Carbone en optimisant sa logistique dans le Sud-Ouest.

Avec la deuxième ligne d’embouteillage qui vient d’être mise en place sur le site de Castanet-Tolosan (Haute-Garonne), capable de conditionner 36 000 bouteilles par heure, le besoin du site en palettes passera progressivement de 390 000 à 500 000 palettes par an d'ici fin 2011.

Avec la deuxième ligne d’embouteillage qui vient d’être mise en place sur le site de Castanet-Tolosan (Haute-Garonne), capable de conditionner 36 000 bouteilles par heure, le besoin du site en palettes passera progressivement de 390 000 à 500 000 palettes par an d’ici fin 2011. Aussi, pour des raisons tant économiques qu’environnementales, LPR-La Palette Rouge, Coca-Cola Entreprise et Norbert Dentressangle se sont retrouvés autour de la même table avec un objectif commun : réduire le nombre de kilomètres parcourus « à vide » par les camions. Ainsi, le loueur de palettes, le conditionneur de boissons et le transporteur entendent faire passer de 113 km à seulement 10 km « à vide » les rotations des camions, soit une réduction de 50 tonnes de CO2 par rotation. Avec des flux nécessitant quelques 770 camions en entrée et en sortie, l’enjeu est de taille. Et LPR, Coca-Cola et Norbert Dentressangle n’entendent pas s’arrêter là, puisqu’ils travaillent déjà sur l’optimisation d’autres circuits logistiques au niveau national. Ces travaux viennent corroborer l’étude réalisée par l’ADEME qui veut que le système de palettes locatives soit celui qui ait un impact environnemental plus faible. Ainsi, l’utilisation d’une palette LPR génère moins de 2 kg de CO2, soit 10% en moins qu’une palette Europe et quatre fois et demi moins qu’une palette plastique.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend