Aller directement au contenu

Des emballages alimentaires comestibles : miam ?

Le chercheur à l’université de Harvard David Edwards a réussi un pari un peu fou : supprimer nos emballages de produits alimentaires en plastique pour les remplacer par des emballages comestibles. Il faut savoir en effet que les emballages représentent 65% de nos déchets ménages et que 260 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année dans le monde …

Le chercheur à l’université de Harvard David Edwards a réussi un pari un peu fou : supprimer nos emballages de produits alimentaires en plastique pour les remplacer par des emballages comestibles. Il faut savoir en effet que les emballages représentent 65% de nos déchets ménages et que 260 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année dans le monde entier.

 

C’est en faisant ce constat que David Edwards a donné naissance aux Wikicells, des films alimentaires qui sont en fait « un gel fait avec des particules de calcium et de magnésium et un polymère naturel », comme l’explique le chercheur.

 

David Edwards

David Edwards

 

Et ce dernier a déjà inventé des dizaines de déclinaisons possibles de ses Wikicells, telles que :

  • la Wikimousse, une crème dessert au chocolat ressemblant à une petite boule gélatineuse molle.
  • la Wikiboisson, une petite boule molle remplie de soupe ou de jus de fruit et qui doit être percée par une paille pour être bue.
  • les Wikiapéricubes, des petites boules de fromages frais enrobées d’une peau de curry, de fruits séchés, de chocolat, de noix ou encore de basilic.
  • la Wikiglace, dont David Edwards se réjouit : « On peut croquer dedans, ça ne fond pas dans la main car la glace est à l’intérieur du gel. C’est marrant. En créant de nouveaux emballages, on crée aussi des nouveaux usages ».
  • le Wikiyaourt, qui ressemble en main à de la mozzarella.
  • le Wikicocktail, une bille tapissée de zestes d’orange et renfermant du Cointreau.
  • les Wikinomades, des snacks de végétaux enveloppés dans une Wikicell.

Il y a en a vraiment pour tous les goûts !

 

L’invention pose des questions en matière d’hygiène, mais David Edwards a tout prévu :

  • d’une part, « pour éviter que tout le monde tripote l’emballage comestible, un suremballage est nécessaire, comme c’est de toute façon le cas avec la plupart des produits alimentaires qui sont conditionnés dans un film plastique ou un carton. Mais si ce suremballage, composé d’algues ou de bagasse, n’est pas mangeable, il est biodégradable »
  • et d’autre part il explique « si j’ai un souci d’hygiène, il suffit de le passer sous l’eau, comme on le fait pour les fruits et légumes ».

En termes d’industrialisation, le chercheur explique pouvoir « produire une centaine de Wikicells par heure », et envisage même « des engins pouvant réaliser ces produits à domicile. Un peu sur l’idée des machines à expresso ».

De fait, l’emballage comestible de David Edwards pourrait envahir nos rayons dès 2013.

Par ailleurs, ses Wikicells pourraient contribuer à la lutte contre la malnutrition en prenant la forme de peaux ou coques d’aliments renfermant des vitamines.

 

Il ne reste alors qu’une question : les Wikicells ont-elles bon goût ? Pour y répondre, précipitez-vous dès cet automne dans le Wikibar qui ouvrira dans le 1er arrondissement de Paris pour tester ces emballages révolutionnaires.

 

Wikicells

 

Source : agro-media.fr avec Le Parisien (Claire Chantry) et RTL.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend