Aller directement au contenu

Devenir alcoolique pour réussir : la clé du succès chez Ricard ?

Frank Daniel a travaillé pendant onze ans chez Ricard. Il intègre l’entreprise en 1990 en tant que chef de secteur et acquiert dès lors un portefeuille de 750 clients et « tourne à une moyenne quotidienne de 15 à 30 petits jaunes ». En 2001, il est licencié car considéré comme inapte à rester dans l’entreprise, parce qu’il est …

Frank Daniel a travaillé pendant onze ans chez Ricard. Il intègre l’entreprise en 1990 en tant que chef de secteur et acquiert dès lors un portefeuille de 750 clients et « tourne à une moyenne quotidienne de 15 à 30 petits jaunes ». En 2001, il est licencié car considéré comme inapte à rester dans l’entreprise, parce qu’il est alcoolique. C’est ce qu’il raconte dans son livre Dealer légal, co-écrit avec un journaliste de France Soir. Il y raconte sa descente aux enfers ainsi que les pratiques douteuses de Ricard pour faire vendre. Il cite ainsi par exemple ses arrivées fracassantes dans les bars, à coup de tournées générales, ses ventes aux bureaux des élèves des universités parmi bien d’autres pratiques. Il soutient que l’entreprise aurait recruté ses commerciaux en fonction de leur capacité à tenir l’alcool et conclut : « plus on vend, plus on est payé, et plus il buvait, plus il vendait… ». Ricard avait porté plainte contre Frank Daniel pour propos diffamatoires. La cour d’appel de Paris a décidé de débouter l’entreprise de sa plainte, donnant raison à l’ancien salarié. Ricard devra également verser 2 000€ de frais de dédommagements. La société a décidé de redorer son blason et de se défendre contre les accusations de Frank Daniel en faisant passer une note interne affirmant que « la consommation excessive d’alcool n’est pas, et ne doit pas être, chez Ricard une attitude favorisant la réussite professionnelle ». Pas sûr que cela suffise.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend