Aller directement au contenu

Europe Snack investit massivement en Vendée pour devenir le N°1 continental

Depuis de nombreuses années, Europe Snack est l’un des poids lourds des biscuits apéritifs. Basée depuis toujours en Vendée, l’entité poursuit son développement en restant fidèle à ses origines. Plus de 20 millions d’euros vont être injectés dans de nouvelles machines. 

Depuis de nombreuses années, Europe Snack est l’un des poids lourds des biscuits apéritifs. Basée depuis toujours en Vendée, l’entité poursuit son développement en restant fidèle à ses origines. Plus de 20 millions d’euros vont être injectés dans de nouvelles machines.

 

20 millions d’euros pour être le leader du vieux continent

Grâce à ce nouvel investissement qui va permettre au groupe de monter une nouvelle ligne de tuiles et une autre de coffrets, Europe Snack pourrait bien porter son nom. En effet, l’objectif clairement affiché est de devenir le leader en Europe des biscuits apéritifs. Pour rappel, notons que cette entité fournit déjà un grand nombre de marques de distributeurs, ce qui lui permet d’écouler un stock conséquent.

 

L’investissement évoqué par le Directoire se déroulera par étape entre 2014 et 2017. Pendant l’exercice 2013, plus de 17 millions d’euros ont déjà été investis. L’ennemi juré du groupe Belin sera donc en mesure d’être encore plus productif et compétitif. A tel point que certaines rumeurs indiquent qu’un ou plusieurs rachats pourraient avoir lieu lors du prochain exercice pour grandir encore plus vite.

 

Un nouveau commandant de bord pour Europe Snack

Le groupe Europe Snack peut réaliser de tels investissements grâce à un changement notable au sein des équipes dirigeantes. En effet, le fonds d’investissement Apax Partners va posséder plus de 75 % des parts. De facto, cette opération a entrainé la sortie d’IK Investment, un partenaire pourtant fidèle. Des propres mots des décideurs d’Europe Snack, l’idée était de rester sous pavillon français.

 

Europe Snack va attaquer le marché après son excellent exercice 2013 (85 millions d’euros de chiffre d’affaires), en 2012, il avait été de 77 millions d’euros. Comme pour de nombreuses entités agroalimentaires hexagonales, l’export est une clé pour se développer. C’est pourquoi l’objectif en 2014 est de réaliser 15 % des ventes vers l’étranger, contre 8 % cette année.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend