Aller directement au contenu

Ferme des 1 000 vaches : l’Etat demande la destruction des bâtiments

La ferme des 1000 vaches ne verra pas le jour tout de suite.

La ferme des 1000 vaches ne verra pas le jour tout de suite. « Les services de l’État ont constaté que le chantier ne correspond ni aux règles, ni au permis de construire, et ont invité le propriétaire à démolir les installations litigieuses », a indiqué le cabinet de Cécile Duflot, à l’issue d’un entretien avec les représentants de la Confédération paysanne et de Novissen, association locale mobilisée contre la ferme-usine. 
 

Destruction de bâtiments illégaux

L’Etat vient donc d’annoncer qu’il demande aux promoteurs de la ferme des 1000 vaches, dont la construction a déjà démarré dans la Somme, de démolir les bâtiments excédant la taille autorisée par le permis de construire.
 
La semaine dernière, les deux organisations opposées au projet avaient investi les bâtiments en construction, bloquant les accès aux camions et empêchant la poursuite des travaux. En plus de ne pas avoir été précédé explicitement d’une enquête publique, les bâtiments déjà sortis de terre dérogeraient aux plans présentés. Certains excèderaient la taille indiquée. Un autre déborderait de près de 25 mètres sur une zone archéologique censée être préservée de toute construction. 
 

« L’industrialisation de l’agriculture doit être stoppée »

«  Nous avons mis à terre un symbole. Mais ce n’est pas pour autant que nous cesserons d’être vigilants » a déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « C’est l’industrialisation de l’agriculture qui doit être stoppée. Le gouvernement a choisi d’user des moyens légaux pour arrêter le chantier. Il doit désormais utiliser les moyens législatifs à sa disposition pour empêcher que d’autres 1000 vaches ne sortent de terre. La Loi d’avenir agricole, en cours d’examen, doit acter la fin de l’industrialisation de l’agriculture. »
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend