Aller directement au contenu

Huîtres anglaises : attention aux virus !

Si vous avez prévu de déguster des huîtres crues à Noël, méfiez-vous de leur provenance ! En effet, selon une étude menée par the Food Standards Agency (FSA) et dont les résultats ont été rapportés par l’AFP, 76% des huîtres cultivées au Royaume-Uni seraient porteuses d’un « norovirus ».

Si vous avez prévu de déguster des huîtres crues à Noël, méfiez-vous de leur provenance ! En effet, selon une étude menée par the Food Standards Agency (FSA) et dont les résultats ont été rapportés par l’AFP, 76% des huîtres cultivées au Royaume-Uni seraient porteuses d’un « norovirus ». Ce virus peut provoquer des vomissements et des diarrhées.

L’étude, qui est « la première de ce type », a été menée entre 2009 et 2011 sur 8 000 huîtres réparties dans une quarantaine de zones de culture de l’archipel. Malheureusement, les scientifiques ne sont pas parvenus à définir à partir de quel moment le norovirus devient pathogène. De même, ils  n’ont pu déterminer l’efficacité d’un traitement des huîtres aux ultra-violets afin de les purifier.

Néanmoins, cette étude n’a pas été vaine. Ainsi, selon Andrew Wadge, le chef de l’équipe scientifique de la FSA, ses résultats « aideront à travailler avec les producteurs afin de trouver les moyens de réduire les niveaux de norovirus dans les crustacés et à travailler au plan européen à définir les niveaux à partir desquels la consommation est sans danger ». Ils permettront en outre de prévenir les consommateurs des risques présentés par ces produits ; « les gens doivent connaître les risques de manger les huîtres crues », a ajouté le chef d’équipe. Les personnes âgées, fragiles, les femmes enceintes et les jeunes enfants sont bien entendu les premiers à devoir se méfier des norovirus.

Pour l’anecdote, ces derniers ont déjà défrayé la chronique. Ainsi, en 2009, le Fat Duck, restaurant du chef britannique étoilé au guide Michelin Hestion Blumenthal, avait dû fermer ses portes en raison de l’intoxication de plus de 500 personnes par un norovirus, qui s’est avéré provenir d’huîtres crues et de palourdes.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend