Aller directement au contenu

Klaus, bourreau du secteur agroalimentaire landais

Touché de plein fouet par la tempête du 24 janvier dernier, le département des Landes fait un premier bilan pour le secteur agroalimentaire. Si les filières d’abattage et de transformation ont subi des dégâts directs marginaux, nombre d’entreprises, à l’instar de la charcuterie Lartigue à Pontonx (4,5 millions de chiffre d’affaires), n’ont pas pu produire pendant une semaine, les …

Touché de plein fouet par la tempête du 24 janvier dernier, le département des Landes fait un premier bilan pour le secteur agroalimentaire. Si les filières d’abattage et de transformation ont subi des dégâts directs marginaux, nombre d’entreprises, à l’instar de la charcuterie Lartigue à Pontonx (4,5 millions de chiffre d’affaires), n’ont pas pu produire pendant une semaine, les pertes d’exploitation engendrées sont importantes, et les assurances ne couvrent que rarement ce type de situation. Mais c’est sans conteste l’amont de la filière volailles-palmipèdes gras qui encaisse le plus de dégâts : 90% des abris pour canards, 20% des abris pour poulets ainsi que des kilomètres de clôtures ont été détruits pour un montant total supérieur à 40 millions d’euros. De plus, c’est environ 250 000 poulets et 120 000 canards qui ont été tués. Les transformateurs, tels Les Fermiers Landais à Saint-Sever (83,9 millions d’euros de chiffre d’affaires) tentent d’évaluer les pertes de production et leur durée, mais faute d’information sur les capacités de remise en élevage, nul ne sait si la baisse sera de 15% en six mois, 4% dans l’année ou 20% durant trois semaines.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend