Aller directement au contenu

L’Allemagne soutient la France lors du G20 agricole.

La France, qui préside le G20 agricole, a décidé de faire de la spéculation sur les matières premières agricoles sa priorité. L’Allemagne, qui jusque-là ne semblait pas convaincue de la corrélation entre spéculation et hausse des prix, vient de changer d’avis. Ce retournement de position intervient après que

La France, qui préside le G20 agricole, a décidé de faire de la spéculation sur les matières premières agricoles sa priorité. L’Allemagne, qui jusque-là ne semblait pas convaincue de la corrélation entre spéculation et hausse des prix, vient de changer d’avis. Ce retournement de position intervient après que le Welthungerhilfe, ONG allemande très respectée, ait publié les résultats d’une étude prouvant que les investisseurs sur les marchés financiers avaient fait grimper les cours du blé, du maïs, du soja et du riz parfois jusqu’à 15% entre 2007 et 2009. L’institut allemand DIW est également allé dans le même sens. Ainsi, la ministre de l’agriculture allemande, Ilse Aigner, a appelé à plus de transparence, et à la création d’un « registre des transactions » sur les Bourses des matières premières agricoles. Une conférence réunira les ministres de l’agriculture des membres du G20 pour se pencher sur le sujet le 23 juin 2011 à Paris.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend