Aller directement au contenu

L’industrie agroalimentaire a la cote.

Avec 477 000 salariés, l’industrie agroalimentaire est le 2ème employeur de France. L'Ania (Association Nationale des Industries Alimentaires) a présenté fin mars le bilan 2010 et les perspectives 2011 de l'agroalimentaire. Avec 143 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2010 (+ 3% par rapport à 2009), l’industrie agroalimentaire reste

Avec 477 000 salariés, l’industrie agroalimentaire est le 2ème employeur de France. L’Ania (Association Nationale des Industries Alimentaires) a présenté fin mars le bilan 2010 et les perspectives 2011 de l’agroalimentaire. Avec 143 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010 (+ 3% par rapport à 2009), l’industrie agroalimentaire reste le premier secteur industriel en France. La Bretagne est la 1ère région agroalimentaire de France, et le secteur est définitivement tourné vers l’export : + 9,9% des exportations de produits alimentaires transformés l’an dernier, soit 36,1 milliards d’euros.

De plus, le secteur agroalimentaire a la cote. D’après le baromètre de l’Ania réalisé par le cabinet d’étude GFK plus de 60% des consommateurs auraient une bonne image de l’industrie agroalimentaire, car elle répond aux besoins des acheteurs (75%), présente une offre variée (72%), et mise avec succès sur l’innovation (62%). Et selon une étude menée par Randstadt en décembre 2009, 70% des salariés du secteur recommanderaient à leurs proches d’y travailler. Pourtant, le secteur aurait plutôt du mal à recruter.

Cependant, malgré ces bonnes nouvelles, il ne faut pas oublier que le contexte, marqué par les hausses de prix des matières premières, est difficile. Ainsi, cette industrie devrait perdre 3 000 à 5 000 emplois cette année et va devoir trouver de nouvelles stratégies de croissance afin d’être moins « tiraillée entre l’amont et l’aval », selon Jean-René Buisson, président de l’Ania.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend