Aller directement au contenu

L’industrie agroalimentaire responsable de l’obésité ?

Un article paru le 15 octobre dans sur lefigaro.fr pointe du doigt la responsabilité supposée des industriels de l’agroalimentaire dans l’augmentation de l’obésité dans le monde.

Un article paru le 15 octobre dans sur lefigaro.fr pointe du doigt la responsabilité supposée des industriels de l’agroalimentaire dans l’augmentation de l’obésité dans le monde. Son auteur, Cyrille Vanlerberghe, rappelle que, pour 92% des français, « l’industrie agroalimentaire joue un rôle important » dans l’augmentation de l’obésité dans le monde, selon les résultats d’un sondage Opinion Way, pour la société de communication LJ Corporate. Un constat sévère, a nuancé par le fait que 51% des consommateurs reconnaissent que les industriels ont déjà fait des efforts pour améliorer l’équilibre nutritionnel de leurs produits.

Interrogé par Le Figaro, Florent Chapel, directeur associé chez LJ Corporate, estime que ces résultats devraient servir d’alerte pour les industriels de l’agroalimentaire. Il rappelle également que le PNNS, Plan National Nutrition Santé, bien qu’ils aient des résultats « positifs », ne « sont pas contraignants pour l’industrie et les publicités ne suffisent pas à faire changer les comportements ».

Aussi, selon Florent Chapel, « bientôt, les hommes politiques n’hésiteront plus à légiférer pour interdire les produits plus gras et les plus sucrés qui ont le plus d’impact sur la santé. Pour caricaturer, un jour le Nutella sera interdit et les chips et sodas devront être exposés sur le haut des rayonnages, hors de portée des enfants », explique-t-il.

Ainsi, aux Etats-Unis, on observe déjà ce type de réglementation, comme à New-York avec l’interdiction des acides gras trans dans tous les restaurants, et l’interdiction programmée des plus gros gobelets de sodas. Au Danemark et en Hongrie, des taxes sur les produits les plus gras (comme les chips) ont également été instaurées.

En France, 44% des sondés pensent qu’il faut interdire en priorité certains additifs alimentaires, comme les colorants, les exhausteurs de goût et les émulsifiants, et 42 % soutiennent l’interdiction de certains «produits trop gras, trop sucrés ou trop salés».

 

Source : agro-media.fr avec Le Figaro (Cyrille Vanlerberghe)

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend