Aller directement au contenu

La crise financière a sabré les prix du champagne.

Depuis 2009, les maisons de négoce champenoises ne sont pas à la fête et nombre d’entre-elles ont été contraintes, pour des besoins de trésorerie, de déstocker.

Depuis 2009, les maisons de négoce champenoises ne sont pas à la fête et nombre d’entre-elles ont été contraintes, pour des besoins de trésorerie, de déstocker. En effet, bien que les ventes en France soient restées plutôt stables en volumes, elles ont fortement chutées à l’international qui représente une forte part des expéditions (40%). En 2009, les expéditions ont reculées de 9,1% avec un peu plus de 293 millions de cols, justifiant le déstockage. Réalisé sous leur signature ou non, des champagnes déstockés se sont vendus entre 8 et 10 euros, un prix trop faible pour amortir le coût de production. En 2010, les volumes sont repartis à la hausse, mais les tarifs promotionnels se sont maintenus. La hausse des prix, et avec elle l’amélioration de la situation financière, est attendue pour 2011.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend