Aller directement au contenu

Lactalis pose un ultimatum aux producteurs laitiers.

Alors que les négociations entre Lactalis et ses producteurs laitiers sont plutôt tendues, le géant des produits laitiers a marqué une fois de plus son refus de faire des concessions, malgré l’avertissement de Bruno Le Maire et la

Alors que les négociations entre Lactalis et ses producteurs laitiers sont plutôt tendues, le géant des produits laitiers a marqué une fois de plus son refus de faire des concessions, malgré l’avertissement de Bruno Le Maire et la lettre ouverte des producteurs qui souhaitaient reprendre les négociations. Lactalis refuse en outre toujours de reconnaître les Organisations de Producteurs (OP).

 

Cette fois, le géant des produits laitiers a posé un ultimatum à ses producteurs dans une lettre qu’il leur a adressée, en leur demandant de signer la dernière version du contrat qu’il a proposée, précisant bien qu’il n’y aurait pas de troisième version et qu’aucun contrat ne serait accepté au-delà du 31 mars. De plus, la direction affirme que « si le contrat est individuel, il a été cependant collectivement débattu, négocié et rédigé à l’issue d’une large concertation ».

 

Sauf que Lactalis garde le dernier mot. Pour la FNPL, « la proposition de contrat proposée par Lactalis à ses éleveurs n’a pas été négociée. Ce simulacre de discussions est d’autant moins acceptable que sur le terrain, les producteurs livrant à l’entreprise, sont soumis à des pressions jusque dans leur ferme pour les obliger à signer ». Les producteurs ont donc un peu plus d’un mois pour céder : un véritable chantage selon les syndicats et les organisations interprofessionnelles. La FNPL a considéré que « Lactalis confond les verbes imposer et négocier ».

L’association des producteurs de lait breton livrant Lactalis a dénoncé « les pressions persistantes visant à pousser les producteurs à signer rapidement une seconde version de la proposition de contrat, non aboutie en l’état ». André Pétillon, le vice-président de l’association bretonne, dénonce : « Alors que les autres entreprises laitières ont accepté d’apaiser les relations en reconnaissant les organisations de producteurs, Lactalis abuse de sa puissance économique de leader mondial pour détourner l’esprit de la loi. Elle veut mettre en place un système d’intégration déguisée où elle décidera de tout, des volumes collectés et des prix. Les producteurs n’auront plus leur mot à dire ». Lactalis a de plus menacé les producteurs ne signant pas le contrat de n’obtenir que des conditions commerciales bien moins avantageuses que les autres, que ce soit au niveau des tarifs ou des délais de livraison. Pour André Pétillon, « ce sont des moyens de pression innommables. On revient cinq siècles en arrière ».

 

Bien entendu, l’association bretonne appelle les éleveurs à ne pas signer. Même son de cloche pour l’APLI : « Nous exhortons tous les producteurs à interpeller le médiateur des contrats et à ne pas céder au chantage ». Idem pour la Confédération paysanne, la FNPL ou les Jeunes Agriculteurs de l’Ouest. Ces derniers ont dénoncé « un comportement de Lactalis gagnant chaque jour en médiocrité et semblant tomber peu à peu dans la caricature ». « De tels courriers, qui menacent le producteur, sont inacceptables. La rhétorique parfaitement hypocrite autour de la liberté individuelle des producteurs alors qu’on leur met le couteau sous la gorge est même assez méprisable ».

 

Il n’y a pas qu’en France que Lactalis est impopulaire auprès des producteurs laitiers : en Croatie, ces derniers ont bloqué la principale artère de Zagreb pour protester contre le faible prix imposé par la filiale locale de Lactalis, Dukat. Dukat aurait résilié unilatéralement un accord sur le prix à l’acquisition, initialement calculé par rapport au prix moyen au sein de l’Union européenne, le faisant passer de 0,36€ à 0,30€.

 

Source : agro-media.fr avec la lettre de Lactalis aux producteurs, AFP, Agrisalon et Le Télégramme (Frédérique Le Gall).

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend