Aller directement au contenu

Le MIT développe son détecteur de viande avariée

Eviter tout scandale alimentaire et toute intoxication avec un détecteur à viande avariée ? C'est le défi du MIT.

Le MIT développe son détecteur de viande avariée
Le MIT a développé un tout nouveau capteur à viande avariée, qui fonctionne grâce aux gazes émis par la viande malade.

Les chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont mis au point un capteur peu coûteux, portable, qui peut détecter les gaz émis par la viande avariée, permettant aux consommateurs de déterminer si la viande dans leur épicerie ou un réfrigérateur est bonne à manger.

« Le capteur, qui se compose de nanotubes de carbone chimiquement modifiés, pourrait être déployé dans la nouvelle ère de « l’emballage intelligent » qui offrirait des informations de sécurité beaucoup plus précises que les dates d’expiration sur l’emballage », explique Timothy Swager, John D. MacArthur professeur de chimie au MIT. « Il pourrait également réduire le gaspillage alimentaire, ajoute-il. Les gens sont constamment en train de jeter des choses qui sont sans doute pas avariées mais d’en consommer d’autres qui sont dépassées ».

Le détecteur capte les gazes émis par la viande avariée

Le capteur est composé de nanotubes de carbone que le laboratoire du Pr Swager a développé au cours des dernières années, y compris celui qui détecte la maturité des fruits . Tous ces dispositifs fonctionnent sur le même principe: les nanotubes de carbone peuvent être modifiés chimiquement de sorte à détecter un gaz particulier, signe d’un aliment avarié. Ici, l’intérêt pour les chercheurs étaient les amines biogènes dits, la putrescine et la cadavérine, qui sont produites par la décomposition de la viande et qui prouvent, sans nul doute, que la viande n’est plus bonne à manger.

Un dispositif peu coûteux

« Il y a plusieurs avantages potentiels en ayant un capteur peu coûteux pour mesurer, en temps réel, la fraîcheur de la viande et du poisson et prévenir les maladies d’origine alimentaire, en augmentant la satisfaction globale de la clientèle, et de réduire les déchets alimentaires dans les épiceries et dans les foyers des consommateurs, » explique Roberto Forloni, chargé de la recherchechez Sealed Air, un important fournisseur de l’emballage alimentaire, qui ne faisait pas partie de l’équipe de recherche.

Les chercheurs ont déposé un brevet sur la technologie et et il y a l’espoir d’une licence pour le développement commercial. La recherche a été financée par la National Science Foundation et l’Army Research Office à travers le MIT.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend