Aller directement au contenu

Le virus de Schmallenberg sévit dans plus de 1300 élevages français.

Depuis sa découverte récente, le virus de Schmallenberg n’arrête plus de faire parler de lui. Cet orthobunyavirus s’attaque aux cheptels ovins, caprins et bovins européens.

Depuis sa découverte récente, le virus de Schmallenberg n’arrête plus de faire parler de lui. Cet orthobunyavirus s’attaque aux cheptels ovins, caprins et bovins européens. Dans le dernier décompte officiel du Ministère de l’Agriculture publié vendredi dernier, la maladie a été détectée dans 1 303 élevages français, soit 71 de plus que lors du dernier décompte qui date du 13 avril.

 

Le 13 avril, la France était le pays européen le plus touché. 49 de ses départements ont à présent été contaminés. Les élevages de moutons sont les premiers frappés par le virus de Schmallenberg, mais 188  élevages bovins et 17 élevages caprins ont aussi été victimes de la maladie.

 

Pour rappel, le virus se transmet par le biais de moucherons de type culicoïdes et provoque fièvres et abattements chez les animaux adultes et malformations et avortements chez les jeunes et les femelles gestantes.

 

Moucheron

Moucheron de type culicoïde, vecteur du virus de Schmallenberg

 

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre interview d’un chercheur du CIRAD à propos du virus de Schmallenberg.

 

Un dispositif de surveillance vétérinaire a été mis en place en Europe et un vaccin est en cours d’élaboration.

 

Source : agro-media.fr avec AFP.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend