Aller directement au contenu

L’Europe a enfin fini son grand ménage dans les allégations santé.

Les entreprises agroalimentaires pourront bientôt dire adieu à un grand nombre de leurs allégations santé. Ca y est, la Commission européenne a fini de statuer sur les quelque 44 000 allégations nutritionnelles recensées par l’EFSA, selon une information du Figaro.

Les entreprises agroalimentaires pourront bientôt dire adieu à un grand nombre de leurs allégations santé. Ca y est, la Commission européenne a fini de statuer sur les quelque 44 000 allégations nutritionnelles recensées par l’EFSA, selon une information du Figaro. 222 ont finalement été adoptées par Bruxelles et elles seules auront à l’avenir le droit de figurer sur les emballages de nos produits alimentaires. Parmi ces heureuses élues : « le calcium est nécessaire au maintien de la densité osseuse », « le fer contribue à la bonne circulation d’oxygène dans le corps », ou encore « les chewing-gums sans sucre contribuent à la réduction de la sécheresse bucco-dentaire ». Les bienfaits des vitamines et minéraux sont largement représentés dans ce « best-of », car étant les plus documentés.

 

Les 222 allégations ont été votées par les experts des Etats-membres au terme d’une discussion qui a duré quatre heures. John Dalli, le commissaire européen à la Santé et à la Politique des consommateurs, s’est félicité du soutien des Etats-membres au travail fourni par l’EFSA et a déclaré : « Lorsqu’il s’agit d’allégations santé, s’assurer qu’elles sont vraies et précises est de la plus grande importance. Ce dispositif, une fois qu’il aura été entériné par le Parlement européen et le Conseil, aidera les gouvernements nationaux à assurer un niveau élevé de protection des consommateurs ».

 

80% des allégations proposées par les IAA ont finalement été rejetées par l’EFSA. Cécile Rauzy, la directrice qualité et nutrition à l’Ania, a expliqué ce nombre massif de refus par « les critères retenus, très proches de ceux utilisés pour démontrer l’efficacité de médicaments ». « Or avec à peine 1% du chiffre d’affaires consacré à la R&D, nous n’avons pas les mêmes budgets », a-t-elle tenu à souligner. Les industriels de l’agroalimentaire sont même allés jusqu’à déplorer le manque de clarté de l’EFSA et certains groupes comme Danone ont préféré retirer de leur communication toute notion de santé avant même qu’on le leur interdise.

 

La communication autour des bienfaits nutritionnels des produits alimentaires sera très encadrée à l’avenir, avec des libellés d’appellations précis et traduits dans chaque langue.

Le texte sera publié dans trois mois au Journal Officiel et la liste des allégations sera diffusée sur internet. Les IAA auront alors six mois pour se mettre en conformité avec ces nouvelles allégations. Un porte-parole de la Commission a expliqué que « début 2013, les allégations trompeuses devront avoir été retirées. Ce sera de la compétence des États-membres de veiller à leur respect ». En France, la DGCCRF veillera à la bonne application de cette décision.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend