Aller directement au contenu

Les cartels ont encore frappé, cette fois ils nous roulent dans la farine !

Cela fait 47 ans que les principaux producteurs de farine français s’entendent sur les prix de leurs produits. L’Autorité française de la concurrence est enfin parvenue à faire tomber ce cartel, et a condamné les principaux protagonistes à de fortes amendes, d’un montant total de 242,4 M€.

Cela fait 47 ans que les principaux producteurs de farine français s’entendent sur les prix de leurs produits. L’Autorité française de la concurrence est enfin parvenue à faire tomber ce cartel, et a condamné les principaux protagonistes à de fortes amendes, d’un montant total de 242,4 M€. Selon l’Autorité, ces ententes auraient entraîné un surcoût final de 11% sur ce produit « de consommation courante indispensable ». Elle a estimé que si « les entreprises communes ne sont pas interdites de manière générale », les protagonistes de ce cartel de la farine avaient pour « objet réel une entente sur les prix et la répartition des clients », « éliminant toute forme de concurrence entre les meuniers, particulièrement sur la farine de marque Francine ».

L’entente remonte à 1965, au moment de la création du groupement de producteurs de farine France Farine. L’interprofession allemande Bach Mühle est également concernée. Dans le détail, sept meuniers français ont écopé d’amendes d’un montant total de près de 147 M€ (Axiane Meunerie, Euromil Nord, Grands Moulins de Paris, Grands Moulins Storione, Grands Moulins de Strasbourg, les Minoteries Cantin et les Moulins Soufflet). Le groupement France Farine détient à lui seul plus de la moitié des parts du marché de la farine.

 

L’interprofession est aussi impliquée dans une affaire d’entente entre meuniers français et allemands, qui se sont mis d’accord pour limiter les échanges de ce produit entre les deux pays entre 2002 et 2008, en fixant un quota de 15 000 tonnes par an et pour lisser ponctuellement les prix. Pour l’Autorité, ce procédé constitue « l’une des infractions les plus graves aux règles de concurrence ».

Elle est parvenue à prendre connaissance de ce cartel suite à la dénonciation du meunier allemand Werhahn, qui a ainsi été exonéré de 16,6 M€ d’amende. France Farine et Bach Mühle ont vu leur sanction augmenter de 10% étant donné qu’ils « ont joué le rôle de meneur ». En limitant l’importation de farine allemande plus compétitive, les producteurs français ont pu « pratiquer des prix supra concurrentiels » et « n’ont pas procédé aux améliorations de leur outil de production ». Les membres de ce cartel franco-allemand ont donc écopé de près de 100 M€ d’amende, mais ils peuvent faire appel.

 

D’autres procédures concernant des producteurs de farine dans d’autres pays européens sont encore en cours. Enfin, l’Autorité a tenu à préciser que les pratiques des meuniers dans le secteur de la boulangerie artisanale font également l’objet d’une instruction.

Ce cartel n’est pas le seul à faire parler de lui : la semaine dernière, des pratiques d’entente dans le secteur des endives étaient également lourdement sanctionnées par l’Autorité de la concurrence.


Source : agro-media.fr avec le communiqué de l’Autorité de la concurrence et AFP.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend