Aller directement au contenu

Les distributeurs s’organisent pour répondre aux besoins des Restos du Cœur.

Nous vous en parlions lundi 2 janvier, les distributeurs ont décidé de répondre favorablement à l’appel des Restos du Cœur, qui a été relayée par Frédéric Lefebvre.

Nous vous en parlions lundi 2 janvier, les distributeurs ont décidé de répondre favorablement à l’appel des Restos du Cœur, qui a été relayée par Frédéric Lefebvre. Le secrétaire d’Etat chargé du Commerce, les représentants de l’agroalimentaire et de la grande distribution et ceux des associations (les Restos du Cœur mais également le Secours populaire, la Banque alimentaire ou encore la Croix Rouge, qui ont des besoins similaires) se sont réunis hier mardi 3 janvier 2011 à Bercy pour discuter de l’organisation à mettre en place.

 

La grande distribution, pour sa part, s’est engagée « collectivement » à mettre en œuvre un dispositif de soutien pour apporter les denrées alimentaires complémentaires, selon un article publié dans Le Figaro. De plus, deux groupes de travail ont été créés :

  • Le premier tend à identifier les besoins précis de chaque association, que ce soit en termes de types de produits, du tonnage nécessité ou encore des zones géographiques à approvisionner, « afin de mettre en œuvre une distribution sur les besoins ciblés réels ».
  • Le second doit quant à lui définir un « moment de solidarité » (comme la journée, le week-end ou la semaine) au cours duquel les produits seront collectés.

« Tout ou partie [sera] financé par les acteurs de la grande distribution » comme Casino, Carrefour, Auchan ou encore Leclerc et Lidl, a-t-on assuré à Bercy. Les collectes auront également lieu auprès des entreprises agroalimentaires, des transporteurs ou des collectivités. Seuls les produits ayant été définis par le premier groupe seront collectés.

 

Ces dispositions devraient permettre aux associations de répondre à la demande grandissante, à l’instar des Restos du cœur qui ont enregistré une hausse de 5 à 8% des personnes accueillies depuis le début de l’hiver et nécessitent 5 millions de repas supplémentaires.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend