Aller directement au contenu

Les poissons d’eau douce bourrés de PCB !

L’Anses a publié le 19 janvier les résultats de son étude nationale lancée en 2008 sur l’imprégnation aux PCB des consommateurs de poissons d’eau douce.

L’Anses a publié le 19 janvier les résultats de son étude nationale lancée en 2008 sur l’imprégnation aux PCB des consommateurs de poissons d’eau douce. Pour rappel, les PCB, ou polychlorobiphényles, sont des substances chimiques pouvant avoir des conséquences nocives pour la santé comme des problèmes de stérilité, de croissance ou de cancers. Bien que les PCB aient été interdits il y a plus de vingt ans, des traces de ces substances persistent dans l’environnement et notamment dans nos rivières. Certaines espèces de poisson dites « bio-accumulatrices » sont particulièrement sensibles au PCB et en accumulent dans leurs tissus ; c’est le cas des anguilles, des barbeaux, des brèmes, des carpes et des silures, notamment.

 

L’objectif de cette étude nationale était de définir des fréquences de consommation n’induisant aucun risque potentiel pour la santé.

Pour ce faire, 606 pêcheurs amateurs ainsi que les membres de leur foyer et 16 pêcheurs professionnels ont subi une prise de sang et ont été interrogés sur leurs pratiques de pêche et de consommation de poissons d’eau douce.

Les résultats de l’étude ont révélé que la consommation de ces poissons reste assez rare : une fois par mois en moyenne pour les pêcheurs amateurs. Selon l’Anses, « seuls 13% de la population des pêcheurs amateurs de l’étude consomment des poissons fortement bio-accumulateurs plus de deux fois par an ». Par ailleurs, les tests sanguins ont montré que les pêcheurs n’étaient pas plus imprégnés de PCB que le reste de la population. Les chercheurs ont tenu à souligner que « très peu de participants dépassent le seuil d’imprégnation critique » en PCB.

Cependant, l’étude a aussi révélé que plus on consomme de poissons bio-accumulateurs et plus notre imprégnation en PCB est forte. Pour ces espèces, l’Anses a émis des recommandations spécifiques. Elle a ainsi fixé la limite de consommation maximale :

  • à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que pour les enfants de moins de trois ans, les fillettes et les adolescentes,
  • et à deux fois par mois pour le reste de la population.

Néanmoins, ce seuil ne s’applique pas pour les zones fortement contaminées dans lesquelles la consommation de ces poissons n’est absolument pas recommandée.

 

La Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF) a indiqué dans un communiqué avoir pris connaissance « avec soulagement » des résultats. Après avoir souligné que les pêcheurs avaient « durement ressenti » les interdictions de pêche dans bon nombre de cours d’eau contaminés, elle a déclaré espérer que les pouvoirs publics « vont rapidement mettre en cohérence et adapter les recommandations sanitaires ainsi que les arrêtés d’interdiction […] pris antérieurement ».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend