Aller directement au contenu

La volaille française tente son ultime sauvetage

Les principaux groupes volaillers français vont se réunir ce vendredi 25 juillet à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour discuter, ensemble, de définir de nouvelles orientations pour l’année à venir. La réunion de la dernière chance pour cette filière en grande difficulté. Les volaillers français cherchent une sortie de crise et quel endroit plus symbolique que la Bretagne pour discuter de leur …

La volaille française tente son ultime sauvetage
La filière viticole française tente un ultime sauvetage ce 25 juillet en se réunissant sur ses terres de Bretagne.

Les principaux groupes volaillers français vont se réunir ce vendredi 25 juillet à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour discuter, ensemble, de définir de nouvelles orientations pour l’année à venir. La réunion de la dernière chance pour cette filière en grande difficulté.

Les volaillers français cherchent une sortie de crise et quel endroit plus symbolique que la Bretagne pour discuter de leur avenir. Près d’an et demi après la fin des aides européennes dont elle bénéficiait, la filière volaille ne se relève pas.

La fin des « restitutions européennes » source de la crise

C’est cette difficulté latente et les solutions qui s’offrent à eux en sortir qui vont être au cœur des discussions ce vendredi 25 juillet à la préfecture de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Le choix de la Bretagne n’est pas dû au hasard. Les terres de Doux  et Tilly-Sabco en tête, ont souffrent plus que n’importe où ailleurs de la fin des « restitutions » européennes.

Ce sont 55 millions d’euros par an pour affronter la concurrence étrangère qui leur ont été retirés. Le gouvernement, la région et l’Europe ont peu de temps pour endiguer la crise et sauver le soldat volaille.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend