Aller directement au contenu

L’UE mise sur la promotion de ses produits agroalimentaires.

Le commissaire européen à l’Agriculture et au Développement Rural, Dacian Ciolos, a déclaré mardi 13 septembre 2011 que le budget de promotion des produits agroalimentaires de l’UE devrait « doubler voire tripler » dès 2014. A l’issue d’une réunion des ministres de l’Agriculture européens à Wroclaw, en Pologne, le commissaire européen s’est adressé à la presse pour justifier cette …

Le commissaire européen à l’Agriculture et au Développement Rural, Dacian Ciolos, a déclaré mardi 13 septembre 2011 que le budget de promotion des produits agroalimentaires de l’UE devrait « doubler voire tripler » dès 2014. A l’issue d’une réunion des ministres de l’Agriculture européens à Wroclaw, en Pologne, le commissaire européen s’est adressé à la presse pour justifier cette mesure :

  • « Je pense qu’on doit être prêt en 2014 avec de nouveaux instruments pour une politique de promotion agroalimentaire renforcée, à la fois sur le marché communautaire, mais surtout sur le marché extérieur ». « Si on est ambitieux, notamment sur le budget de la promotion extérieure, je pense qu’on doit au moins doubler, voire tripler la disponibilité budgétaire pour la politique de promotion ».

Ainsi, le commissaire n’a pas manqué de rappeler que le budget actuel de l’UE correspondant à la promotion de ses produits agroalimentaires, hors vins, fruits et légumes, s’élève à 53 millions d’euros par an. Bien que cela représente une somme considérable, elle n’est rien comparée au budget des Etats-Unis pour la promotion de leurs produits : 200 millions de dollars ! Ainsi, Dacian Ciolos souhaite rééquilibrer la donne :

  • « Je pense qu’on doit se rapprocher de ces ambitions. Mais il est clair qu’on devra faire des choix dans les limites du budget que nous avons ».
  • Il a ajouté qu’ « il faut non seulement revoir l’enveloppe globale, mais aussi la répartition de son affectation pour au moins atteindre 50% du budget pour les actions visant l’exportation ».
  • Il a appuyé ces déclarations en rappelant : « Nous avons fait beaucoup d’efforts sur les secteurs du vin, des fruits et légumes, ces dernières années. Il convient de consolider les acquis et de renforcer nos efforts pour ces filières. Mais il y a aussi les autres filières pour lesquelles seuls 53 millions d’euros sont disponibles pour la promotion. C’est très peu, face à l’ampleur des défis à relever ».

Ainsi, si cette décision de rehausser le budget alloué à la promotion des produits agroalimentaires européen a été prise lors de la réunion informelle qui a réuni les ministres de l’Agriculture et de la Pêche des états membres lundi et mardi derniers en Pologne, dans le cadre de la présidence polonaise de l’UE, « la Commission proposera et ce sera au Conseil et au Parlement européen de se mettre d’accord sur ces ambitions ».

Bien que l’initiative de Dacian Ciolos ait été saluée par le syndicat européen des agriculteurs et des coopératives agricoles (Copa-Cogeca), ce dernier a néanmoins mis en garde quant à la méthode employée : « Les campagnes de promotion qui ciblent les pays non européens sont souvent sous-utilisées. Il est donc primordial d’améliorer la cohérence avec d’autres politiques, de mener des études d’impact et de rendre plus flexibles les conditions de gestion des programmes ». Ainsi, la Copa-Cogeca a mis en avant des approches innovantes de l’étiquetage de l’origine des produits et de l’utilisation des marques pour optimiser au mieux l’efficacité des campagnes de promotion. Elle a également insisté sur le fait qu’il serait intéressant de mettre en avant les normes élevées de production au sein de l’Union européenne, notamment en termes de bien-être animal et de qualité des produits agroalimentaires.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend