Aller directement au contenu

L’ONG allemande Foodwatch s’attaque à l’industrie agroalimentaire française

A l'occasion de son lancement en France, l'ONG Foodwatch cible cinq produits de consommation courante, dénonçant les « ruses » de l'industrie agroalimentaire.

L’ONG allemande Foodwatch s’attaque à l’industrie agroalimentaire française
L’ONG Foodwatch, déjà présente en Allemagne et aux Pays-Bas, étend son action à la France, en ciblant cinq produits de l’industrie agroalimentaire.

Pour sa première campagne en France, l’ONG allemande Foodwatch s’attaque aux « ruses » légales mais illégitimes de l’industrie agroalimentaire. Elle cible ainsi cinq produits : tout d’abord la soupe bœuf carottes aux vermicelles saveur à l’ancienne Maggi de Nestlé, qui ne contient en réalité 1,1 % de jus de cuisson de bœuf. Les tortellini de Lustucru parmesan jambon cru sont pour leur part épinglées car ils contiennent beaucoup moins de parmesan (2,8%) et de jambon (24%) que ne le laisse supposer l’emballage.

Foodwatch : une pétition cible Leclerc

L’ONG s’attaque également au yaourt arôme naturel fruits rouges bio de la marque Vrai de Tribalat Noyat pour son arôme non bio, à la vinaigrette huile d’olive extra, vinaigre balsamique, tomates séchées Puget de Lesieur, qui est en fait composée majoritairement d’autres ingrédients et enfin au blanc de dinde de la marque Repère de E.Leclerc, qui ne contient que 84 % de viande, alors que l’emballage affiche la mention « 100 % filet ». Foodwatch a d’ailleurs lancé une pétition,  « Non à la dinde à l’eau! » , sur son site.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend